Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2007 6 19 /05 /mai /2007 11:56

Est-il encore utile de débattre sur le fait que le temps change ?

Ici, en Champagne, l'hiver inexistant fut brutalement suvit par un mois d'Avril de sécheresse caniculaire. Le le climat évolue fortement... et ceci à grande allure, c'est net ! Ainsi, la vigne a un développement végétatif en avance de 3 semaines environ par rapport à la normale ! Personne n'avait encore constaté de pareil décalage par le passé... Je vous passe les détails sur les contraintes d'organisation du travail :-)

Depuis une quinzaine de jours, le climat s'est refroidi, faisant place à des pluies éparses plus ou moins abondantes. Les sols ont pu gagner de nouveau en réserve hydrique. C'est probablement un point qu'il va falloir gérer au mieux cette année pour que la vigne puisse faire grossir les baies de raisin en cas de retour de la canicule. Ceci signifie qu'il faudra travailler les sols dès que ce sera possible afin d'éviter (comme en 2003) toute perte des réserves hydriques du sol par remontée capilaire.

DOSSIER SPECIAL FLORAISON DE LA VIGNE

La floraison devrait débuter d'ici une à deux semaines. C'est un passage difficile pour la vigne car ses besoins sont énormes!

Plusieurs défis attendent la vigne à partir de la floraison:
- Croître :
La vigne doit continuer encore sa croissance pendant quelques semaines pour arrêter sa croissance entre floraison et véraison. Je vais tenter d'expliquer pourquoi plus loin.

- Se défendre:
La vigne doit continuer d'alimenter ses défenses naturelles en synthétisant des enzymes, phyto-allexines et autres molécules de self-défense.
Elle doit aussi se défendre en construisant des remparts "imprenables". Les pierres de ces remparts sont les cellules végétales. Pour que la muraille soit résistante, il faut que les cellules soient de bonne constitution et jointives. La culture biologique et ou biodynamique permettent d'avoir des rangées de cellules bien organisées et gorgées d'anti-oxydants, vitamines, mollécules de défense. Ceci suffit à protéger le raisin du botrytis à l'approche des vendanges. Lorsqu'on regarde la coupe cytologique d'une baie de raisin, on voit que l'aspertion de produits chimiques sur le raisin altère la bonne construction de cette barrière de défense naturelle. De nombreuses failles existent, ce qui rend la peau du raisin transperçable par les cryptogammes.

- Donner naisance à sa descendance:
A partir de la floraison, la vigne a un rôle supplémentaire. Il lui faut mener à bien le développement de ses descendants pour préserver l'espèce; en l'ocurrence les pépins des raisins. Le grain de raisin est principalement là pour attirer l'oiseau ou l'animal qui va transporter cette graine pendant la digestion. Pour que de nouvelles vignes naissent, il faut que les raisins arrivent en bonne santé jusqu'au moment où le pépin aura acqui son autonomie. A partir de ce moment, l'animal sentira que le raisin est bon à manger.
De la floraison jusqu'aux vendanges, la vigne va fabriquer une batterie de mécanismes pour que le pépin arrive à son terme "sans pépin". D'une part, la baie doit résister aux agressseurs extérieurs: enzymes, phytoalexines, anti-oxydants, etc, sont produits contre les cryptogammes et les insectes. D'autre part, des acides sont produits dans le raisin pour dissuader les oiseaux de manger le raisin avant que le pépin soit prêt.  Enfin, pour que l'oiseau ait plaisir à manger le grain de raisin et à y revenir tous les ans, la vigne produit du sucre et des arômes de fruit...

Un paralèlle avec l'homme pour mieux comprendre
A partir de la floraison, une phase de GESTATION débute pour une durée approximative de 100 jours. C'est une phase difficile pour la vigne, qui lui demande beaucoup de ressource et d'énergie.
On peut faire le paralèlle avec une femme enceinte qui a aussi pour rôle de donner naissance à sa descendance. En effet, chacun constatera que la femme enceinte a besoin de beaucoup d'énergie et de beaucoup de ressources pour accomplir cette mission: elle mange plus (son corps réclame des aliments plus énergétiques: chocolat, fruits, etc) et dort plus pour "recharger ses batteries".

Les ressources de la vigne entre floraison et vendanges
A l'instar de la femme enceinte, la vigne a besoin de deux types de ressource: plus de nourriture et plus d'énergie...

- Côté nourriture:
 il est important que la vigne puisse aller chercher ce dont elle a besoin dans le sol. Il lui faut un système racinaire bien développé, dont les radicelles plongent assez profond pour se trouver dans les strates qui ne craignent pas la sécheresse ni les aléas cimatiques. Pour cela, le travail du sol, le compost et la préparation 500 font le nécessaire.

- Côté énergie:
C'est plus difficile à cerner... alors restons terre à terre et apportons quelques précisions préalables. En année "normale", le début de la floraison est proche du solstice d'été (21 Juin). Ce n'est pas un hasard si la vigne fleurit à cette période particulière où les jours sont les plus longs... qui dit jour plus long, dit plus d'énergie solaire à capter pendant la journée, donc plus de photosynthèse... donc plus de capacité à aller chercher dans le sol les éléments qui vont former les molécules indispensables au bon déroulement de la floraison (hormones, protéines, vitamines, étamines, odeur de la fleur de vigne, etc... ). Toute cette chaîne de réaction biologique est très gourmande en énergie.

Comment aider nos vignes à réussir ce travail difficle quand on ne fait pas la pluie et le beau temps?La recette existe: la préparation 501 à base de silice. Je ne sait pas pourquoi, mais 4 g/ha de silice dynamisée pulvérisés au dessus d'une vigne entre le lever du jour et le lever du soleil amplifient la photosynthèse. J'ai testé sur des fraisier, les fraises sont plsu sucrées; de même que le poireaux en début d'année... du velour sucré, à consommer nature tellement c'était bon !
J'ai le sentiment que cette année, la 501 juste avant floraison sera encore plus importante que les années précédentes... vous avez compris pourquoi ? Bravo! C'est juste! C'est parceque la floraison aura lieu environ 1 mois avant le solstice d'été. Les jours seront beaucoup plus court que d'habitude... à bon entendeur, je retourne dans mes vignes ! 

Partager cet article

Repost 0
Published by Franck PASCAL - dans A la vigne
commenter cet article

commentaires

Vers une nouvelle viticulture


En Champagne, chaque vigneron et chaque maison a son savoir-faire, son idéal en matière de méthode culturale, ses secrets de vinification, et ses cuvées à proposer. En ce sens, notre approche est particulière.

La recherche poussée à tous les niveaux pour créer de grands vins inimitables vient du fait que j'ai suivi un parcours atypique. Ingénieur de formation, j'ai décidé de revenir sur le domaine familial suite à un tragique accident de mon jeune frère. J'y ai appris une chose primordiale: la vie n'a pas de prix... et c'est une des raisons pour lesquelles je cherche à préserver le mieux possible la vie qui s'installe dans mes vignes, mais aussi celle des personnes qui travaillent avec nous; et celle des consommateurs qui nous permettent de gagner l'argent nécessaire pour continuer dans notre voie.

C'est après avoir fait mon service militaire dans le génie et y avoir appris le mode d'action des toxiques  de combats sur l'homme que j'ai voulu faire une formation pour comprendre comment travailler la vigne. C'est en 1996 et 1997 que j'ai pris conscience - lors de cet apprentissage - que les modes d'entrée des pesticides dans le corps des ravageurs est le même que celui des gaz de combats mis au point pour les militaires. Je me suis rapidement demandé en quoi des biocides pouvaient être inoffensif à moyen terme sur l'homme...

En 1998, j'ai commencé par supprimé les insecticides, les désherbants, les engrais et les anti-botrytis. Puis, un jour, mon père m'a transmis une parcelle de pinots noirs qui était systématiquement ravagée par le mildiou. C'est cette vigne que j'ai dès lors cultivé sans pesticide. Je me suis dit que si la bio réussissait là, ça marcherait partout. Dès la première année, le pari était réussi. Je n'ai pas mis longtemps à déployer ces méthodes culturales sur mon vignoble. C'est en 2002 que le domaine a vu ses premières préparations biodynamiques. La biodynamie est une culture biologique améliorée par l'application de soins énergétiques.

L'énergétique est arrivée sur notre domaine par cette grande porte. Depuis, nous continuons à explorer ce très vaste domaine en perpétuelle évolution. De nouvelles possibilités sont testées chaque année pour aller encore plus loin. Le but est d'aider la nature à renaître après 20 à 30 ans de destruction systèmatique et savamment organisée par les pesticides; mais aussi de lui permettre d'évoluer dans un monde qui bouge vite.

Ainsi, outre la biodynamie, nous testons l'homéopathie, les dynamisations de plantes, d'autres techniques énergétiques, les huiles essentielles; et d'autres choses qui risqueraient d'être qualifiées d'ésothériques (géobiologie par exemple); mais nous assumons nos choix et acceptons de le révéler sur notre blog. Avec quelques années de recul, je sais que les possibilités de ces "techniques" dépassent notre imaginaire.

Recherche