Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2007 2 05 /06 /juin /2007 17:20

Bien le bonjour !

Ici, la vigne est en pleine floraison. L'état sanitaire est parfait. La montre est satisfaisante. L'herbe recommence à devenir envahissante, mais il ne faut pas travailler les sols avant la nouaison sous peine de provoquer quelques maladies ou de la coulure (avortement de la fleur).

Tout va bien, pourvu que ça dure ! :-)

Pour vous divertir et comprendre à quel point nous avons eu raison d'abandonner le système de production intensif bien ancré dans la région, voici un témoignage saisissant...

http://www.dailymotion.com/video/x1ds9p_alerte

Il est transposable à la viticulture!
Ce matin, nous avons accueilli deux classes de jeunes élèves auxquels nous avons expliqué quelques fondements simples. On pourrait les résumer comme suit:

Une plante, pour être en bonne santé a besoin:
-  d'eau de qualité
- de nourriture de qualité
- d'énergie (dont la lumière est la plus visible)

Comment une vigne fait-elle pour avoir une nourriture de qualité ?
Ce sont les micro-organismes qui la lui préparent... comme le mot leur était inconnu, je leur ai faire sentir la bonne odeur de champignons qui émane de nos sols. C'est la preuve que ces petites bêtes essentielles à la vie sont bien là et font bien leur travail. Aucune crainte, la vigne est bien nourrie!

Comment une vigne fait-elle pour boire une eau de qualité ?
Par le travail du sol, j'enfouie de l'herbe dans les premiers cm du sol. Cela permet de garder le sol humide et meuble (grumeleux) sous ces premiers cm. Les vers de terre qui vont le va et vient entre le sous-sol et ce sol peuvent venir creuser des galleries (chose impossible sur sol non cultivé et désherbé chimiquement car il est dur comme du béton). Ces galleries et le sol grumeleux sont précieux en cas d'orage car l'eau s'infiltre au lieu de ruisseler. Il n'y a pas d'érosion du sol!
De plus, les vers qui creusent ces galleries decendent très profondément dans le sol... ce qui a pour effet de faire descendre l'eau très profond, là où elle sera utilisable très lontemps par les racines. Voilà pourquoi, en 2003, nous sommes parvenus à de bons rendements en Pinot Meunier sur sols très argileux... notre vin a donc conservé son fruité, sa minéralité et sa finesse... Pour le prouver, nous avons créé la "Cuvée Emeric", du nom de notre petit dernier né le 11 Juin 2003.  Il s'agit d'un champagne 100% Pinot Meunier, de 2003, provenant de nos vignes d'Olizy (54% d'argiles). 
De l'eau certes, mais la qualité ? Et oui, c'est un point important ! Si l'eau qui s'infiltre dans un sol se charge de pesticides, elle est mortelle... et non bénéfique aux différentes espèces indispensables au bon fonctionnement du sol. Il est primordial d'utiliser le moins de soufre et de cuivre possible. Pour ce faire, nous utilisons plusieurs plantes médicinales et des préparations homépatiques... les doses de cuivre employées sont très faibles.

Comment une vigne fait-elle pour puiser son énergie ?
Une grande partie de l'énergie de la vigne vient du soleil (photosynthèse). Il y a des périodes où la vigne a du mal a y puiser son énergie à cause des aléas climatiques. C'est à ce moment précis qu'il faut intervenir: avec la dynamisation de "Silice de Corne (501)", on amplifie les énergies mises à disposition de la plante. Elle trouve plus de force pour résister aux ravageurs et cryptogammes. Cette préparation est très utlile lorsque la vigne est en gestation (de la floraison jusqu'à la maturité des pépins = vendanges). Telle une femme enceinte, ses besoins sont immenses pour donner naissance à de beaux bébés. Il faut l'épauler avec la 501 jusqu'aux vendanges.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Franck PASCAL - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

marine 29/08/2007 12:02

Bonjour, je souhaiterai travailler pour les vendanges. je suis très motivée. vous pouvez me contacter par mail et par telephone au 0631100204. merci d'avance

Emmanuelle dupere barrera 10/07/2007 11:20


Bonjour Franck,

Dommage que l'on ne se soit pas rencontré à Bordeaux, ce sera pour la prochaine fois.

Je me suis permise de te "taguer", donc c'est maintenant à toi le tour de nous livrer quelques vérités....

Emmanuelle
www.blogduperebarrera.com

Eric Monné 05/06/2007 23:21

Bonjour Franck,Je suis vigneron bio en Roussillon. J'ai trouvé très juste ce que tu as écris sur la vie des sols et son fonctionnement. Je suis intéressé par la biod mais je ne sais pas trop par où commencer, même si nous utilisons déjà certaines tisanes. Aurais tu une publication/un livre, pratique, à me conseiller ? J'interviens parfois sur le forum la passion du vin. Mais ça manque d'interventions de vignerons travaillant naturellement. Et je me fais parfois stigmatiser par ignorance même si les participants à ce forum sont globalement très éclairés. Ce serait bien que plus de vignerons naturels interviennent sur ce genre de publication. En attendant, félicitations pour tes écris. Et à bientôt,Eric Monné

Franck PASCAL 14/07/2007 13:52

Bonjour Eric,
Je vois que tu t'intéresses à la biodynamie. Comment s'y prendre ? Je pense qu'il faut d'abord que tu entres en contact avec un ou des vignerons qui travaillent en biodynamie dans des régions plus ou moins proches de chez toi. Discute avec eux, visite leur vignoble, déguste leurs vins. La première chose est d'être certain que cette méthode culturale convienne à tes aspirations. En lisant ton blog, je constate que tu as déjà fait un bon bout de chemin. La biodynamie ne devrait pas te sembler insurmontable.Je te conseille d'aller voir la liste des vignerons de BIODYVIN (www.biodyvin.com). Nous en faisons partie. Les vignerons de BIODYVIN que nous connaissons sont très ouverts et toujours prêts à faire partager leurs expériences (bonnes ou mauvaises).AU PLAISIR!

Vers une nouvelle viticulture


En Champagne, chaque vigneron et chaque maison a son savoir-faire, son idéal en matière de méthode culturale, ses secrets de vinification, et ses cuvées à proposer. En ce sens, notre approche est particulière.

La recherche poussée à tous les niveaux pour créer de grands vins inimitables vient du fait que j'ai suivi un parcours atypique. Ingénieur de formation, j'ai décidé de revenir sur le domaine familial suite à un tragique accident de mon jeune frère. J'y ai appris une chose primordiale: la vie n'a pas de prix... et c'est une des raisons pour lesquelles je cherche à préserver le mieux possible la vie qui s'installe dans mes vignes, mais aussi celle des personnes qui travaillent avec nous; et celle des consommateurs qui nous permettent de gagner l'argent nécessaire pour continuer dans notre voie.

C'est après avoir fait mon service militaire dans le génie et y avoir appris le mode d'action des toxiques  de combats sur l'homme que j'ai voulu faire une formation pour comprendre comment travailler la vigne. C'est en 1996 et 1997 que j'ai pris conscience - lors de cet apprentissage - que les modes d'entrée des pesticides dans le corps des ravageurs est le même que celui des gaz de combats mis au point pour les militaires. Je me suis rapidement demandé en quoi des biocides pouvaient être inoffensif à moyen terme sur l'homme...

En 1998, j'ai commencé par supprimé les insecticides, les désherbants, les engrais et les anti-botrytis. Puis, un jour, mon père m'a transmis une parcelle de pinots noirs qui était systématiquement ravagée par le mildiou. C'est cette vigne que j'ai dès lors cultivé sans pesticide. Je me suis dit que si la bio réussissait là, ça marcherait partout. Dès la première année, le pari était réussi. Je n'ai pas mis longtemps à déployer ces méthodes culturales sur mon vignoble. C'est en 2002 que le domaine a vu ses premières préparations biodynamiques. La biodynamie est une culture biologique améliorée par l'application de soins énergétiques.

L'énergétique est arrivée sur notre domaine par cette grande porte. Depuis, nous continuons à explorer ce très vaste domaine en perpétuelle évolution. De nouvelles possibilités sont testées chaque année pour aller encore plus loin. Le but est d'aider la nature à renaître après 20 à 30 ans de destruction systèmatique et savamment organisée par les pesticides; mais aussi de lui permettre d'évoluer dans un monde qui bouge vite.

Ainsi, outre la biodynamie, nous testons l'homéopathie, les dynamisations de plantes, d'autres techniques énergétiques, les huiles essentielles; et d'autres choses qui risqueraient d'être qualifiées d'ésothériques (géobiologie par exemple); mais nous assumons nos choix et acceptons de le révéler sur notre blog. Avec quelques années de recul, je sais que les possibilités de ces "techniques" dépassent notre imaginaire.

Recherche