Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 avril 2006 4 13 /04 /avril /2006 17:58

 

Une mesurette est passée au Journal Officiel dernièrement... entre le discours des fabricants de produits chimiques de synthèse et l'avancée sur le terrain, force est de constater un gros écart... pour ne pas dire plus! Les produits utilisés maintenant sont soit-disant softs, sans risque pour l'environnement, l'applicateur et le consommateur... les produits les plus dangereux auraient été retirés du marché...

Lisez plutôt ce qui suit !

   

***** Réglementation: Arrêté mélanges *****

Est paru au Journal officiel du 5 avril 2006 l'arrêté du Ministre de l'Agriculture et de la Pêche du 13 mars 2006 relatif à l'utilisation des mélanges extemporanés de produits visés à l'article L.253-1 du code rural.

Cet arrêté donne un cadre réglementaire simple et lisible, qui n'existe pas à l'échelon de l'Union Européenne, à la pratique des mélanges de produits phytopharmaceutiques, en soumettant à évaluation préalable ceux qui présentent le plus de risque, c'est à dire ceux qui comprennent au moins:

- un produit étiqueté T + ou T* [Très toxiques ou Toxiques],

- ou deux produits comportant une des phrase de risque R40 ou R68 [Effets irréversibles],

- ou deux produits comportant la phrase de risque R48 [voir définitions des phrases de risque plus bas],

- ou deux produits comportant une des phrases de risque R62, R63 ou R64 [voir définitions plus bas],

- ainsi qu'un produit ayant une zone non traitée (ZNT) de 100 mètres ou plus

 

De même, pour protéger les abeilles et les autres pollinisateurs, sont soumis à évaluation préalable tous les mélanges utilisés durant la floraison ou au cours des périodes de production d'exsudats, comportant d'une part, un produit pyréthrinoïde** et, d'autre part, un triazole ou un imidazole***. De plus pendant ces périodes, un délai de 24 heures doit être respecté entre l'application, d'une part, d'un pyréthrinoïde et, d'autre part, d'un triazole ou d'un imidazole, le pyréthrinoIde devant être appliqué en premier.

Dans l'attente de cette évaluation, tous les mélanges cités ci-dessus sont interdits, à l'exception et à titre transitoire de ceux qui ont déjà fait l'objet d'un avis favorable du Comité d'Homologation et qui devront être soumis à une évaluation avant le 1 er janvier 2008. Après évaluation, ces mélanges pourront être pratiqués à condition de figurer sur une liste qui sera publiée au Bulletin officiel du Ministère de l'Agriculture et de la Pêche.

L'utilisation des autres mélanges de produits phytopharmaceutiques est possible, sous la responsabilité de l'utilisateur et sous réserve de respecter les bonnes pratiques agricoles. Lors de cette utilisation, les prescriptions d'emploi les plus restrictives fixées pour chacun des produits mélangés sont à respecter, par exemple en matière de délai avant récolte, de délai de rentrée (le plus long) ou de zone non traitée (la plus large).

Des guides de bonnes pratiques de mélange, élaborés par Ministère de l'Agriculture et de la Pêche et soumis à l'avis de la Commission d'Étude de la Toxicité, seront bientôt disponibles auprès des DRAF - SRPV. Il est vivement recommandé aux utilisateurs de produits phytopharmaceutiques de suivre les recommandations de ces guides.

 

           * les produits T + ou T ont une des phrases de risque suivantes: R23, R24, R25, R26, R27, R28, R39, R45, R46, R49, R60 ou R61 et éventuellement R48 (peut aussi être classé Xn dans ce dernier cas)

**. pyréthrinoïdes concernés par ce type d'usage : acrinathrine, alphaméthrine, bétacyfluthrine, bifenthrine, bioresméthrine, cyfluthrine, cyperméthrine, deltaméthrine, esfenvalérate, lambda-cyhalothrine, tau-fluvanilate, zetacyperméthrine.  

*** : triazoles ou imidazoles concernés par ce type d'usage : bitertanol, bromuconazole, cyproconazole, difénoconazole, diniconazole, époxiconazole, fenbuconazole, fluquinconazole, flusilazole, flutriafol, hexaconazole, imazalil, metconazole, myclobutanil, penconazole, prochloraze, propiconazole, tébuconazole, tétraconazole, triadiménol, triticonazole.

  

 

RAPPEL, QUELQUES DÉFINITIONS DES PHRASES DE RISQUE

R23: Toxique par inhalation

R24 : Toxique par contact avec la peau

R25 : Toxique en cas d'ingestion

R26 : Très toxique par inhalation

    R27: Très toxique par contact avec la peau                  

    R28: Très toxique en cas d'ingestion 

    R39: Danger d'effets irréversibles très graves   

     R45: Peut causer le cancer  

     R46: Peut causer des altérations génétiques héréditaires ~

      R49: Peut causer le cancer par inhalation  

      R60: Peut altérer la fertilité  

     R61: Risque pendant la grossesse d'effets néfastes pour l'enfant  

      R 40 : Possibilité d'effets irréversibles (jusqu'au 30 juillet 2004) ; Effet cancérogène suspecté : preuves insuffisantes ( depuis le 31 juillet ~ 2004 - application de la directrive 200 1 /59/CE ) 

    R68 : Possibilité d'effets irréversibles (au 31 juillet 2004 - application de la directive 200 1I59/CE)

    R48 : Risque d'effets graves pour la santé en cas d'exposition prolongée  

    R62 : Risque possible d'altération de la fertilité·  

    R63 : Risque possible pendant la grossesse d'effets néfastes pour l'enfant 

    R64 : Risque possible pour les bébés nourris au lait maternel

 

 

 

PROPRIETES TOXICOLOGIQUES

 T+ : TRES TOXIQUE, produit qui, par inhalation, ingestion ou pénétration cutanée, peut entraîner des risques extrêmement gra­ves, aigus ou chroniques et même la mort.

 

 

 T : TOXIQUE, produit qui, par inhalation, ingestion ou pénétration cutanée, peut entraîner des risques graves, aigus ou chroniques et même la mort.  

 

 

 ***********

 

POUR JE PENSE QU'IL N'Y A PAS DE PRINCIPE DE PRECAUTION ?

 Tout simplement car des produits avérés si toxiques devraient être interdis à la vente... par précaution.

Partager cet article

Repost 0
Published by Franck PASCAL - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

David 27/02/2007 20:54

L'arreté du 25/02/75 impose que toutes dispositions doivent être prises pour éviter l'entrainement des produits vers toute propriété et bien appartenant à autrui. Bien évidemment utiliser des produits autorisés ne "blinde" personne et ne dégage nullement de la responsabilité de protéger les non-usagers qui n'ont rien demandé. Toutes les personnes intoxiquées par une application mal maitrisée ont toujours eu gain de cause devant un tribunal.
Cet agriculteur participe amplement à la mauvaise image que le grand public a des agriculteurs et devrait être dénoncé pour cela. Une poignée d'individus permettent de jeter le discrédit sur une catégorie de la population.
J'invite chacun d'entre vous à prendre connaissance de la règlementation relative à la manipulation des produits antiparasitaires conventionnels ou bio afin de mieux cerner les droits et devoirs de chacun.

Corinne COMME 12/10/2006 18:03

Merci pour votre blog.
Je suis viticutrice et travaille en biodynamie. Mon habitation est bordée par 4 parcelles appartenent à des voisins.
Cet été, un tracteur a traité puis immédiatement après suivait un second. Le mélange non autorisé en cuve n'a donc été réalisé "que" sur la parcelle alors qu'il faisiat très chaud. Ceci m'a conduit pour 2 jours aux urgences et m'a laissé durant plusieurs semaines de lourds séquelles.
Les médecins connaissaint vaguement les "effets indésirables" de chaque molécule, mais non de leur association.
Le responsable du domaine, que j'ai interrogé m'a expliqué être "blindé" car les produits utilisés étaient homologués eux  ( ce visait l'utilisation des plantes que j'emploie pour mes tisanes).
On peut donc alors actuels empoisoner ses voisins en toute légalité (dans une moindre mesure ses salariés).
Il y a là latent le même scandale que celui de l'amiante!

Vers une nouvelle viticulture


En Champagne, chaque vigneron et chaque maison a son savoir-faire, son idéal en matière de méthode culturale, ses secrets de vinification, et ses cuvées à proposer. En ce sens, notre approche est particulière.

La recherche poussée à tous les niveaux pour créer de grands vins inimitables vient du fait que j'ai suivi un parcours atypique. Ingénieur de formation, j'ai décidé de revenir sur le domaine familial suite à un tragique accident de mon jeune frère. J'y ai appris une chose primordiale: la vie n'a pas de prix... et c'est une des raisons pour lesquelles je cherche à préserver le mieux possible la vie qui s'installe dans mes vignes, mais aussi celle des personnes qui travaillent avec nous; et celle des consommateurs qui nous permettent de gagner l'argent nécessaire pour continuer dans notre voie.

C'est après avoir fait mon service militaire dans le génie et y avoir appris le mode d'action des toxiques  de combats sur l'homme que j'ai voulu faire une formation pour comprendre comment travailler la vigne. C'est en 1996 et 1997 que j'ai pris conscience - lors de cet apprentissage - que les modes d'entrée des pesticides dans le corps des ravageurs est le même que celui des gaz de combats mis au point pour les militaires. Je me suis rapidement demandé en quoi des biocides pouvaient être inoffensif à moyen terme sur l'homme...

En 1998, j'ai commencé par supprimé les insecticides, les désherbants, les engrais et les anti-botrytis. Puis, un jour, mon père m'a transmis une parcelle de pinots noirs qui était systématiquement ravagée par le mildiou. C'est cette vigne que j'ai dès lors cultivé sans pesticide. Je me suis dit que si la bio réussissait là, ça marcherait partout. Dès la première année, le pari était réussi. Je n'ai pas mis longtemps à déployer ces méthodes culturales sur mon vignoble. C'est en 2002 que le domaine a vu ses premières préparations biodynamiques. La biodynamie est une culture biologique améliorée par l'application de soins énergétiques.

L'énergétique est arrivée sur notre domaine par cette grande porte. Depuis, nous continuons à explorer ce très vaste domaine en perpétuelle évolution. De nouvelles possibilités sont testées chaque année pour aller encore plus loin. Le but est d'aider la nature à renaître après 20 à 30 ans de destruction systèmatique et savamment organisée par les pesticides; mais aussi de lui permettre d'évoluer dans un monde qui bouge vite.

Ainsi, outre la biodynamie, nous testons l'homéopathie, les dynamisations de plantes, d'autres techniques énergétiques, les huiles essentielles; et d'autres choses qui risqueraient d'être qualifiées d'ésothériques (géobiologie par exemple); mais nous assumons nos choix et acceptons de le révéler sur notre blog. Avec quelques années de recul, je sais que les possibilités de ces "techniques" dépassent notre imaginaire.

Recherche