Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 12:47

 

PM2010

 

Le début du printemps est particulièrement froid cette année.

Les sols ont du mal à se réveiller.

Résultat, l'activité biologique est au ralenti et la croissance des vignes est lente.

PN2010

La chaleur est annoncée pour bientôt.
Le réveil devrait être rapide et la vigne devrait croître assez rapidement.

La protection du feuillage a commencé avec un peu de bouillie bordelaise, un peu de soufre (1kg/ha) en prévision de l'oidium, ortie et prêle.

 

spray2010

Partager cet article

Repost 0
Published by Franck PASCAL - dans A la vigne
commenter cet article

commentaires

jerome 05/08/2010 16:23



Bonjour,


Heu, la dernière photo, c'est quoi la machine ? c'est pourquoi faire ?


Cordialement


 



Franck PASCAL 12/11/2010 11:09



C'est un pulvérisateur léger que l'on utilise en remplacement d'un enjambeur.


Lorsque le sol est humide, il est plus fragile.


Ce type d'engin léger, monté sur chenille, évite le tassement du sol et la création d'ornière qu'un enjambeur créérait.


 



Jean 30/06/2010 12:26



Est-il possible de connaitre déjà la date des vendanges et d'avoir une idée de la qualité de ce millésime ou est-ce bien trop tôt ?



Rozéfré 12/06/2010 14:21



Bonne continuation



Marianne 21/05/2010 16:52



bonjour Franck


Nous espérons pour toi une bonne saison et une belle récolte 2010.


Dans l'attente de venir découvrir tes dernières  cuvées



Leboudu 19/05/2010 21:46



Pourquoi avoir commencé la protection alors que la premiére contamination n'a pas ou presque pas eut lieue ?


Je suis vigneron conventionel et je m'intéresse de plus en plus au bio (bio-logogique,bio-dynamique ...).Mais quand tu écris que tu as démarré la protection cela me surprend .Si tu veux me faire
partager ton raisonnement , je suis preneur.Pour ma part , je commencerais à l'annonce des prochaines pluies.


 



Franck PASCAL 12/11/2010 11:07



Bonjour,La logique n'est pas la même en bio qu'en conventionnel.Je ne souhaite pas attendre de contamination.Le plus important à ce stade est de renforcer les tissus de la plante et de
"l'acclimater" au cuivre.Le premier traitement se fait
avec:- une décoction de 100 g de prêle séchée par ha pour
resserrer les tissus- une tisane d'ortie à 100 g/ha pour
favoriser la circulation de la sève (temps froid cette année, facultatif en climat chaud et sol humide)- 50 g/ha de bouillie bordelaise.Parler de protection avec ces doses n'a rien à voir avec ce que tu feras dès les
premières pluies.Ici, je suis en prévention: j'agis sur le
terrain "plante" pour que la plante soit un milieu où le mildiou ne s'implante pas lorsque le traitement aura fait son effet de protéosynthèse 15 jours après l'application.Tu utilises
des pesticides dont le but est détruire le mildiou.J'utilise
des moyens de renforcer la plante pour que le mildiou reste là où il est et ne vienne pas s'implanter sur ma vigne.La démarche n'est pas la même.A+Franck



Vers une nouvelle viticulture


En Champagne, chaque vigneron et chaque maison a son savoir-faire, son idéal en matière de méthode culturale, ses secrets de vinification, et ses cuvées à proposer. En ce sens, notre approche est particulière.

La recherche poussée à tous les niveaux pour créer de grands vins inimitables vient du fait que j'ai suivi un parcours atypique. Ingénieur de formation, j'ai décidé de revenir sur le domaine familial suite à un tragique accident de mon jeune frère. J'y ai appris une chose primordiale: la vie n'a pas de prix... et c'est une des raisons pour lesquelles je cherche à préserver le mieux possible la vie qui s'installe dans mes vignes, mais aussi celle des personnes qui travaillent avec nous; et celle des consommateurs qui nous permettent de gagner l'argent nécessaire pour continuer dans notre voie.

C'est après avoir fait mon service militaire dans le génie et y avoir appris le mode d'action des toxiques  de combats sur l'homme que j'ai voulu faire une formation pour comprendre comment travailler la vigne. C'est en 1996 et 1997 que j'ai pris conscience - lors de cet apprentissage - que les modes d'entrée des pesticides dans le corps des ravageurs est le même que celui des gaz de combats mis au point pour les militaires. Je me suis rapidement demandé en quoi des biocides pouvaient être inoffensif à moyen terme sur l'homme...

En 1998, j'ai commencé par supprimé les insecticides, les désherbants, les engrais et les anti-botrytis. Puis, un jour, mon père m'a transmis une parcelle de pinots noirs qui était systématiquement ravagée par le mildiou. C'est cette vigne que j'ai dès lors cultivé sans pesticide. Je me suis dit que si la bio réussissait là, ça marcherait partout. Dès la première année, le pari était réussi. Je n'ai pas mis longtemps à déployer ces méthodes culturales sur mon vignoble. C'est en 2002 que le domaine a vu ses premières préparations biodynamiques. La biodynamie est une culture biologique améliorée par l'application de soins énergétiques.

L'énergétique est arrivée sur notre domaine par cette grande porte. Depuis, nous continuons à explorer ce très vaste domaine en perpétuelle évolution. De nouvelles possibilités sont testées chaque année pour aller encore plus loin. Le but est d'aider la nature à renaître après 20 à 30 ans de destruction systèmatique et savamment organisée par les pesticides; mais aussi de lui permettre d'évoluer dans un monde qui bouge vite.

Ainsi, outre la biodynamie, nous testons l'homéopathie, les dynamisations de plantes, d'autres techniques énergétiques, les huiles essentielles; et d'autres choses qui risqueraient d'être qualifiées d'ésothériques (géobiologie par exemple); mais nous assumons nos choix et acceptons de le révéler sur notre blog. Avec quelques années de recul, je sais que les possibilités de ces "techniques" dépassent notre imaginaire.

Recherche