Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 10:53

Cette année n'est pas sans rappeler 2001.

Une météo capricieuse à l'origine de maturations difficiles et d' un état sanitaire incertain.

 

2010 est dans la même ligne.

Décision courageuse et voulue: j'applique la même recette qu'en 2001. Elle m'avait donnée de beaux jus et une belle bouteille notée 18/20 par la RVF.

 

Alors, même recette: pas de travail du sol depuis la floraison de la vigne.

L'herbe pompe les fertilisants produits par le sol et une grosse partie de l'excès d'eau (plus de 200 mm de pluie cumulée rien qu'en Aout !).

 

Résultat: l'état sanitaire des raisins tient bon et le poids des grappes reste dans la normale.

 

Ceci m'a permis d'attendre jusqu'ici avec des raisins qui aimeraient encore quelques rayons de soleil pour atteindre la maturité phénolique complète.

 

Certes, comme certains confrères, nous déplorons la présence de foyers de botrytis dans certaines parties de parcelles.

Mais, telle la comparaison du verre à moitié vide ou à moitié plein, il y a deux manières de voir la vendange 2010.

 

On peut choisir de focaliser son attention sur les grappes touchées par le botrytis et se dépêcher d'intervenir pour récolter les grappes non altérées. Personnellement, j'ai choisi de voir les choses sous un autre angle.

 

J'ai fait le deuil des grappes altérées depuis longtemps. Je sais que je n'en ferai rien.

Ce ne sont pas celles-ci qui sont l'objet de toute mon attention, mais celles qui demandent envcore à murir.

En effet, ce sont celles-ci qui feront le vin de cette année 2010 et non pas celles qui sont altérées.

C'est donc avec conviction que je laisse le temps à ces grappes pour être conformes à mes attentes pour les vinifications.

 

Certes, les degrés sont là depuis un petit moment, mais il ne faut pas confondre degré et maturité.

J'avais envisagé de commencer les vendanges le 25, mais la semaine qui s'écoule est très pluvieuse.

Il faut attendre encore. Je pense que les raisins seront prêts à partir de mardi 28 Septembre, lundi pour les parcelles les plus en avance.

 

Je commence déjà à percevoir les peaux mûres, les pépins chamoisés et craquants, la minéralité et l'acidité des jus qui donnent cette tension en bouche à la dégustation des baies...

 

En 2001, j'avais attendu jusqu'à 3 semaines après que les confrères aient commencé pour rentrer les jus qui avaient donné la Cuvée Alexis... cette année, les premiers klaxonnes des confrères ayant terminé ont déjà retentis...

 

Je croise les doigts pour que mon choix soit le bon !

 

Allez mes vignes! Encore un petit effort et vous sortirez un millésime 2010 bien jugé par les wine critics of the planet !

Rappelez-vous, vous n'êtes pas conduites comme les autres vignes.

Vous avez le choix de votre alimentation puisque vous n'êtes pas gavées de fertilisants solubles dans l'eau et celà vous laisse la liberté d'adapter votre alimentation aux besoins du moment, quelles que soient les conditions cilmatiques.

Vous êtes capables de me surprendre une fois encore et faire une fois de plus ma grande fiereté !

Courage !

Merci d'avance,

Franck, simple humain.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marianne 06/10/2010 00:08



Oh oui, encore une cuvée ALexis 10 ans après ! :-)



Franck PASCAL 12/11/2010 11:10



Et non Marianne, pas cuvée Alexis au programme pour l'instant.


Les fermentations se terminent, je dégusterai plus tard.


 


 


 


 



Christian VIEL 26/09/2010 19:55



Bravo !


Du vent un peu de soleil  et le pari sera gagné.



Vers une nouvelle viticulture


En Champagne, chaque vigneron et chaque maison a son savoir-faire, son idéal en matière de méthode culturale, ses secrets de vinification, et ses cuvées à proposer. En ce sens, notre approche est particulière.

La recherche poussée à tous les niveaux pour créer de grands vins inimitables vient du fait que j'ai suivi un parcours atypique. Ingénieur de formation, j'ai décidé de revenir sur le domaine familial suite à un tragique accident de mon jeune frère. J'y ai appris une chose primordiale: la vie n'a pas de prix... et c'est une des raisons pour lesquelles je cherche à préserver le mieux possible la vie qui s'installe dans mes vignes, mais aussi celle des personnes qui travaillent avec nous; et celle des consommateurs qui nous permettent de gagner l'argent nécessaire pour continuer dans notre voie.

C'est après avoir fait mon service militaire dans le génie et y avoir appris le mode d'action des toxiques  de combats sur l'homme que j'ai voulu faire une formation pour comprendre comment travailler la vigne. C'est en 1996 et 1997 que j'ai pris conscience - lors de cet apprentissage - que les modes d'entrée des pesticides dans le corps des ravageurs est le même que celui des gaz de combats mis au point pour les militaires. Je me suis rapidement demandé en quoi des biocides pouvaient être inoffensif à moyen terme sur l'homme...

En 1998, j'ai commencé par supprimé les insecticides, les désherbants, les engrais et les anti-botrytis. Puis, un jour, mon père m'a transmis une parcelle de pinots noirs qui était systématiquement ravagée par le mildiou. C'est cette vigne que j'ai dès lors cultivé sans pesticide. Je me suis dit que si la bio réussissait là, ça marcherait partout. Dès la première année, le pari était réussi. Je n'ai pas mis longtemps à déployer ces méthodes culturales sur mon vignoble. C'est en 2002 que le domaine a vu ses premières préparations biodynamiques. La biodynamie est une culture biologique améliorée par l'application de soins énergétiques.

L'énergétique est arrivée sur notre domaine par cette grande porte. Depuis, nous continuons à explorer ce très vaste domaine en perpétuelle évolution. De nouvelles possibilités sont testées chaque année pour aller encore plus loin. Le but est d'aider la nature à renaître après 20 à 30 ans de destruction systèmatique et savamment organisée par les pesticides; mais aussi de lui permettre d'évoluer dans un monde qui bouge vite.

Ainsi, outre la biodynamie, nous testons l'homéopathie, les dynamisations de plantes, d'autres techniques énergétiques, les huiles essentielles; et d'autres choses qui risqueraient d'être qualifiées d'ésothériques (géobiologie par exemple); mais nous assumons nos choix et acceptons de le révéler sur notre blog. Avec quelques années de recul, je sais que les possibilités de ces "techniques" dépassent notre imaginaire.

Recherche