Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2007 5 23 /03 /mars /2007 12:54

Une pétition pour un moratoire contre les OGM est actuellement en ligne. Recadrons le pourquoi de ce moratoire...

Un reportage intègre sur les OGM a largement été diffusé sur Canal+. La personne interrogée "prise la mai, dans le sac par le journaliste" n'a pas su comment esquiver habilement les questions gênantes.  C'est ainsi qu'il était possible de voir de manière claire quelle est la réalité sur la toxicité des OGM.

Après une large diffusion de ce reportage sur internet, les citoyens savent enfin la vérité qu'on cherchait à leur cacher. Devant le mécontement de l'opinion publique au sujet des inutiles OGM, il fallait démentir le reportage.

C'est avec soin qu'on un contre-argumentaire très bien ficelé est paru de manière officielle via une revue scientifique: "Le maïs qui rend fou ?". De la désinformation à l'état pur comme savent le faire les grands spécialistes en la matière !  En effet, l'article tente de convaincre que les maïs OGM sont inoffensifs pour l'homme en l'environnement en parlant du cas ambigu du MON863. 

En fait, le maïs OGM qui défraie la chronique serait le MON 810 (seul autorisé à la cutlture et à la vente en France) et non le MON863 !!! Astucieux stratagème, non ? Malheureusement, la vérité fini toujours par se savoir...

Question vérité, Monsanto a d'ailleurs été condamnée récemment pour pubilicté mensongère au sujet de son Round-up . Il faut dire que l'entreprise avait fait à peut près aussi fort que pour ses OGM en qualifiant le Round-up de - je cite:

-100% biodégradable ou biodégradable
- propre
- respecte l’environnement
- Efficacité et sécurité pour l’environnement
- Utilisé selon le mode d’emploi RoundUp ne présente pas de danger particulier pour l’homme et les animaux domestiques

De quoi attrapper un fou-rire à vie ! -) Malheueusement, la réalité sur cette entreprise est bien triste,  c'est même afligeant !

Manifestement, cette condamnation ne leur a pas servi de leçon... donc il faut agir! C'est l'Appel d'Orléans qui s'y colle en créant une pétition en ligne. Il y a déjà 27000 signatures qui n'attendent que la vôtre... lisez plutôt:

"UN MORATOIRE POUR UN PRINTEMPS SANS OGM

Considérant : Qu'il n'y a pas aujourd'hui de cadre légal résultant d'un véritable débat public sur la question des OGM (Organismes Génétiquement Modifiés) et de la responsabilité de ceux qui les disséminent,

Que la volonté de quelques opérateurs économiques d'imposer en 2007 la culture de plusieurs dizaines de milliers d'hectares de maïs transgénique s'oppose frontalement à la volonté de plus de 80 % des français qui ne veulent d'OGM ni dans les champs ni dans les assiettes,

Que le seul maïs OGM actuellement cultivable en France, le MON 810, n'a jamais été évalué conformément au cadre européen imposé par la directive 2001/18 qui exige notamment une évaluation des effets cumulés à long terme sur la santé et l'environnement, et de plus que les conséquences de la culture de maïs OGM sur la situation écologique et agricole spécifique à chaque région française n'o pas non plus été évaluées,

Que les préjudices qui en résulteraient pour les systèmes agraires traditionnels remettraient en cause leur pérennité,

Que de nombreuses publications scientifiques montrent que la généralisation des cultures de maïs transgéniques entraîne obligatoirement la disparition de la liberté d'élever des abeilles sans risque de contamination et de cultiver sans OGM des maïs conventionnel, doux et biologique, tout particulièrement celle des petits paysans cultivant de petites parcelles,

Que l'intérêt majeur des PGM (Plantes Génétiquement Modifiées) est le brevet qui permet à quelques entreprises semencières d'interdire aux paysans de sélectionner leurs propres semences à partir de leur récolte et de leur imposer l'achat des pesticides liés à la culture des variétés qu'elles vendent,

Que l'intérêt économique de l'agriculture française réside avant tout dans sa capacité à répondre à la demande des consommateurs qui veulent des produits sans OGM, et qu'elle se ruinerait en prenant le moindre risque de perdre leur confiance,

Conformément au souhait de la majorité des français,

Conformément au moratoire déjà pris par le gouvernement français pour interdire les cultures de colza transgénique sur le territoire national,

Conformément aux votes de la France et de la majorité qualifiée des États européens reconnaissant le bien fondé des moratoires autrichiens et hongrois,

Conformément au principe de précaution inscrit dans la Constitution au travers de la Charte de l'Environnement,

Les délégués participant aux premières rencontres des États Généraux du Moratoire [1] réunis à Orléans les 26 et 27 février 2007 :

  • exigent que le gouvernement adopte immédiatement un moratoire sur les cultures GM comme le lui permet la clause de sauvegarde prévue à l'article 23 de la directive 2001/18,
  • demandent aux élus locaux et régionaux d'exiger ce moratoire, vu l'interdiction qui leur est faite de prendre les mesures locales nécessaires à l'interdiction de ces cultures,
  • demandent aux parlementaires de faire les démarches nécessaires auprès du gouvernement pour qu'il notifie cette décision de moratoire à la Commission européenne,
  • demandent au gouvernement d'exiger l'application du moratoire aux niveaux européen et international "

Partager cet article

Repost 0
Published by Franck PASCAL - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Vers une nouvelle viticulture


En Champagne, chaque vigneron et chaque maison a son savoir-faire, son idéal en matière de méthode culturale, ses secrets de vinification, et ses cuvées à proposer. En ce sens, notre approche est particulière.

La recherche poussée à tous les niveaux pour créer de grands vins inimitables vient du fait que j'ai suivi un parcours atypique. Ingénieur de formation, j'ai décidé de revenir sur le domaine familial suite à un tragique accident de mon jeune frère. J'y ai appris une chose primordiale: la vie n'a pas de prix... et c'est une des raisons pour lesquelles je cherche à préserver le mieux possible la vie qui s'installe dans mes vignes, mais aussi celle des personnes qui travaillent avec nous; et celle des consommateurs qui nous permettent de gagner l'argent nécessaire pour continuer dans notre voie.

C'est après avoir fait mon service militaire dans le génie et y avoir appris le mode d'action des toxiques  de combats sur l'homme que j'ai voulu faire une formation pour comprendre comment travailler la vigne. C'est en 1996 et 1997 que j'ai pris conscience - lors de cet apprentissage - que les modes d'entrée des pesticides dans le corps des ravageurs est le même que celui des gaz de combats mis au point pour les militaires. Je me suis rapidement demandé en quoi des biocides pouvaient être inoffensif à moyen terme sur l'homme...

En 1998, j'ai commencé par supprimé les insecticides, les désherbants, les engrais et les anti-botrytis. Puis, un jour, mon père m'a transmis une parcelle de pinots noirs qui était systématiquement ravagée par le mildiou. C'est cette vigne que j'ai dès lors cultivé sans pesticide. Je me suis dit que si la bio réussissait là, ça marcherait partout. Dès la première année, le pari était réussi. Je n'ai pas mis longtemps à déployer ces méthodes culturales sur mon vignoble. C'est en 2002 que le domaine a vu ses premières préparations biodynamiques. La biodynamie est une culture biologique améliorée par l'application de soins énergétiques.

L'énergétique est arrivée sur notre domaine par cette grande porte. Depuis, nous continuons à explorer ce très vaste domaine en perpétuelle évolution. De nouvelles possibilités sont testées chaque année pour aller encore plus loin. Le but est d'aider la nature à renaître après 20 à 30 ans de destruction systèmatique et savamment organisée par les pesticides; mais aussi de lui permettre d'évoluer dans un monde qui bouge vite.

Ainsi, outre la biodynamie, nous testons l'homéopathie, les dynamisations de plantes, d'autres techniques énergétiques, les huiles essentielles; et d'autres choses qui risqueraient d'être qualifiées d'ésothériques (géobiologie par exemple); mais nous assumons nos choix et acceptons de le révéler sur notre blog. Avec quelques années de recul, je sais que les possibilités de ces "techniques" dépassent notre imaginaire.

Recherche