Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2006 6 09 /09 /septembre /2006 06:38

Voici un article rédigé par Frédéric PRAT de Kokopelli:

---------------

 L ETAT FRANÇAIS serait-il un ETAT VOYOU ?

http://www.kokopelli.asso.fr/actu/new_news.cgi?id_news=74

Un jugement du tribunal d Alès du 14 mars 2006, a relaxé l association
Kokopelli qui oeuvre pour le maintien et la promotion de la biodiversité
cultivée et culturelle. Ses engagements lui avaient valu d être traînée
devant le tribunal pour « commerce de semences non inscrites ».

Le tribunal a débouté l Etat, du fait qu il ne respecte pas les lois ...
européennes comprises !!!

L association Kokopelli revendique et défend le droit des générations à
naître de choisir leur alimentation, en libérant la semence. L Etat, le
GNIS, la FNPSP (deux structures corporatistes, liées à l agrobusiness) nient
cette évidence. Se basant sur des lois d un autre siècle, de fait
passéistes, restrictives et castratrices, ces organismes ont fait appel de
la sage décision du tribunal d instance, au mépris de tout respect et de
tout bon sens. Cette affaire sera appelée à l audience du 31 octobre 2006,
cour d appel de Nîmes (Gard).

Cet appel n est pas dirigé contre Kokopelli : il est directement opposé à la
souveraineté alimentaire de chacun d entre nous. Cette négation du droit a
pour but de conforter quelques transnationales de l agroalimentaire dans
leur situation de monopole et de séquestration du vivant.

L association n a pas vocation à devenir abonnée des prétoires. Le
financement et les forces vives de Kokopelli doivent être consacrés à
transmettre un bien génétique reproductible, plus riche que celui dont nous
avons hérité : la semence est un patrimoine inaliénable de l ensemble de l
humanité. Nous défendons génétiquement, techniquement, biologiquement ce
patrimoine, réalisant de fait une mission de service public qui devrait être
assurée par l état.

Les accusations et diffamations portées contre nous tous, nous obligent à
vous solliciter, pour nous soutenir pécuniairement. Ces procès coûtent
chers, tant en temps qu en espèces sonnantes et trébuchantes. C est aussi
une volonté de nos accusateurs : nous épuiser financièrement, de façon à
éradiquer toute contestation alternative, révélant la complicité Etat
français-multinationales de l agrochimisemencière. Nous avons le courage, la
volonté, le devoir, de contribuer à faire émerger la vérité, de faire
perdurer la vie, au-delà de toute adversité.

Monsieur Chirac a qualifié d état voyou, ceux qui fournissent des pavillons
de complaisance aux pétroliers pollueurs de nos océans ; comment faut-il
appeler un pays qui fournit des pavillons de complaisance pour polluer de
façon irrémédiable nos semences en hypothéquant notre avenir et l accès à l
autosuffisance alimentaire de toute la planète ?

Nous sommes tous concernés ; si vous avez la possibilité d être solidaire
avec nos actions, vous pouvez envoyer vos dons différenciés, à l ordre de
« libreseme Kokopelli»,

avant le 31 Octobre 2006 si possible, à l adresse suivante: Kokopelli -
Pist Oasis - 131 Allée des Palmiers - 30319 - ALES Cedex,

ou sur les différentes foires, salons, magasins bio, biocoops où l
association Kokopelli est présente.(renseignements : www.kokopelli.asso.fr)

ou par virement au n° 15899 07965 00020118204 06 Crédit Mutuel Alès

Un grand merci pour votre soutien

Partager cet article

Repost 0
Published by Franck PASCAL - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Vers une nouvelle viticulture


En Champagne, chaque vigneron et chaque maison a son savoir-faire, son idéal en matière de méthode culturale, ses secrets de vinification, et ses cuvées à proposer. En ce sens, notre approche est particulière.

La recherche poussée à tous les niveaux pour créer de grands vins inimitables vient du fait que j'ai suivi un parcours atypique. Ingénieur de formation, j'ai décidé de revenir sur le domaine familial suite à un tragique accident de mon jeune frère. J'y ai appris une chose primordiale: la vie n'a pas de prix... et c'est une des raisons pour lesquelles je cherche à préserver le mieux possible la vie qui s'installe dans mes vignes, mais aussi celle des personnes qui travaillent avec nous; et celle des consommateurs qui nous permettent de gagner l'argent nécessaire pour continuer dans notre voie.

C'est après avoir fait mon service militaire dans le génie et y avoir appris le mode d'action des toxiques  de combats sur l'homme que j'ai voulu faire une formation pour comprendre comment travailler la vigne. C'est en 1996 et 1997 que j'ai pris conscience - lors de cet apprentissage - que les modes d'entrée des pesticides dans le corps des ravageurs est le même que celui des gaz de combats mis au point pour les militaires. Je me suis rapidement demandé en quoi des biocides pouvaient être inoffensif à moyen terme sur l'homme...

En 1998, j'ai commencé par supprimé les insecticides, les désherbants, les engrais et les anti-botrytis. Puis, un jour, mon père m'a transmis une parcelle de pinots noirs qui était systématiquement ravagée par le mildiou. C'est cette vigne que j'ai dès lors cultivé sans pesticide. Je me suis dit que si la bio réussissait là, ça marcherait partout. Dès la première année, le pari était réussi. Je n'ai pas mis longtemps à déployer ces méthodes culturales sur mon vignoble. C'est en 2002 que le domaine a vu ses premières préparations biodynamiques. La biodynamie est une culture biologique améliorée par l'application de soins énergétiques.

L'énergétique est arrivée sur notre domaine par cette grande porte. Depuis, nous continuons à explorer ce très vaste domaine en perpétuelle évolution. De nouvelles possibilités sont testées chaque année pour aller encore plus loin. Le but est d'aider la nature à renaître après 20 à 30 ans de destruction systèmatique et savamment organisée par les pesticides; mais aussi de lui permettre d'évoluer dans un monde qui bouge vite.

Ainsi, outre la biodynamie, nous testons l'homéopathie, les dynamisations de plantes, d'autres techniques énergétiques, les huiles essentielles; et d'autres choses qui risqueraient d'être qualifiées d'ésothériques (géobiologie par exemple); mais nous assumons nos choix et acceptons de le révéler sur notre blog. Avec quelques années de recul, je sais que les possibilités de ces "techniques" dépassent notre imaginaire.

Recherche