Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 juin 2006 4 01 /06 /juin /2006 20:10

Alors que la floraison des raisins devrait être sur le point de commencer, le temps correspond à celui d'un mois de Mars ou d'Octobre: froid, grisaille, pluie, grêle, vent glacial et courtes éclaircies... Cette météo ne correspond pas à celle que le métabolisme de la vigne réclame...

Aussi, en se déplaçant dans le vignoble, on voit de nombreuses parcelles jaunir ou arborer un feuilage vert pâle montrant une faiblesse. C'est comme cela que la vigne exprime son stress. Force est de constater que ce froid persistant pèse aussi sur notre organisme... Nos vignes sont certainement atteintes de la même manière au plus profond de leur être.

Pour soigner cela et permettre à la vigne de supporter ce stress climatique, on fait appel a une plante médicinale. C'est la plante que l'on savoure en tisane lorsqu'on fait une insolation ou qu'on a un "coup de chaud" l'été:  la camomille matricaire (Matricaria chamomilla). Il faut la cueillir à un stade particulier. Comme elle n'est pas encore en fleur (retard végétatif lié au climat), j'ai utilisé celle cueillie l'an passé.

Cette camamille (attention, il y en a plusieurs... mais il n'y en a qu'une bonne) est diagnostiquée au vignoble dans les situtations suivantes: excès de chaleur, de froid, de pluie de sécheresse.

En 2003 (année de LA canicule), une vigne a mis coteau, exposée plein sud présentait un aspect bizarre: le haut et le bas de la parcelle était bien verts, et le milieu était vert pâle, voir jaune comme si c'était un début de chlorose (= carrence en fer)... Qui dit début de chlorose, dit qu'il faut augmenter la dose d'ortie dans les tisanes (c'est assez rare dans les environs: nous n'apportons aucun chélate ou sulfate de fer dans nos sols car les propriétés minéralisantes de l'ortie suffisent, même en secteur très chlorosant)... erreur de diagnostique !

 A l'endroit précis de la décoloration du feuillage se trouve un banc rocheux de calcaires durs... En clair, la vigne pousse sur un tas de cailloux très dense... le sol avait donc moins de réserves en eau et l'enracinement avait plus de mal a aller rechercher de l'eau en profondeur... La vigne ne souffrait pas de chlorose mais d'un stress climatique de type sécheresse . Je suis allé cueillir de la camomille (heureusement qu'on en trouve longtemps!), j'ai fait ma tisane, je suis allé la pulvériser sur la vigne... quelques minutes plus tard, la vigne était toute verte, jolie comme tout !!!

Voici encore une preuve que la nature regorge de trésors ! En plus, ce sont des trésors qui ne coûtent pas bien cher! :-) Ce serait domage de remplacer cela par des produits commerciaux dont on a du mal à connaitre la composition exacte, non ?

La tisane que j'ai préparé pour traiter les vignes demain contiendra de l'ortie, du saule et de la camomille... et ça sentait tellement bon que je n'ai pas pu résister d'en boire un verre...

La camomille, ce sont les petites "boules" jaunes ci-dessus.

Partager cet article

Published by Franck PASCAL - dans A la vigne
commenter cet article

commentaires

Avia walking shoes 01/09/2014

Growing wines at the neighborhood is a useful activity. First, you can taste some fresh and good wine once the grapes ripe. In addition, you can sell it for some good amount of money. As you mentioned you have to use some safe tricks to preserve the vineyard.

Vers une nouvelle viticulture


En Champagne, chaque vigneron et chaque maison a son savoir-faire, son idéal en matière de méthode culturale, ses secrets de vinification, et ses cuvées à proposer. En ce sens, notre approche est particulière.

La recherche poussée à tous les niveaux pour créer de grands vins inimitables vient du fait que j'ai suivi un parcours atypique. Ingénieur de formation, j'ai décidé de revenir sur le domaine familial suite à un tragique accident de mon jeune frère. J'y ai appris une chose primordiale: la vie n'a pas de prix... et c'est une des raisons pour lesquelles je cherche à préserver le mieux possible la vie qui s'installe dans mes vignes, mais aussi celle des personnes qui travaillent avec nous; et celle des consommateurs qui nous permettent de gagner l'argent nécessaire pour continuer dans notre voie.

C'est après avoir fait mon service militaire dans le génie et y avoir appris le mode d'action des toxiques  de combats sur l'homme que j'ai voulu faire une formation pour comprendre comment travailler la vigne. C'est en 1996 et 1997 que j'ai pris conscience - lors de cet apprentissage - que les modes d'entrée des pesticides dans le corps des ravageurs est le même que celui des gaz de combats mis au point pour les militaires. Je me suis rapidement demandé en quoi des biocides pouvaient être inoffensif à moyen terme sur l'homme...

En 1998, j'ai commencé par supprimé les insecticides, les désherbants, les engrais et les anti-botrytis. Puis, un jour, mon père m'a transmis une parcelle de pinots noirs qui était systématiquement ravagée par le mildiou. C'est cette vigne que j'ai dès lors cultivé sans pesticide. Je me suis dit que si la bio réussissait là, ça marcherait partout. Dès la première année, le pari était réussi. Je n'ai pas mis longtemps à déployer ces méthodes culturales sur mon vignoble. C'est en 2002 que le domaine a vu ses premières préparations biodynamiques. La biodynamie est une culture biologique améliorée par l'application de soins énergétiques.

L'énergétique est arrivée sur notre domaine par cette grande porte. Depuis, nous continuons à explorer ce très vaste domaine en perpétuelle évolution. De nouvelles possibilités sont testées chaque année pour aller encore plus loin. Le but est d'aider la nature à renaître après 20 à 30 ans de destruction systèmatique et savamment organisée par les pesticides; mais aussi de lui permettre d'évoluer dans un monde qui bouge vite.

Ainsi, outre la biodynamie, nous testons l'homéopathie, les dynamisations de plantes, d'autres techniques énergétiques, les huiles essentielles; et d'autres choses qui risqueraient d'être qualifiées d'ésothériques (géobiologie par exemple); mais nous assumons nos choix et acceptons de le révéler sur notre blog. Avec quelques années de recul, je sais que les possibilités de ces "techniques" dépassent notre imaginaire.

Recherche