Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mai 2006 2 16 /05 /mai /2006 19:59

Aujourd'hui, petit tour du vignoble pour voir si notre protection contre le mildiou a résisté face aux multiples orages recencés ces 2 dernières  semaines. J'ai vu une tache de mildiou, en me rendant dans une de mes parcelles, mais ce n'était pas dans mes vignes. Il s'agissait d'une parcelle traitée par l'hélicoptère. Etant donnée la dimension de cette tâche,  je ne pouvais pas la manquer ! Me voilà donc rassuré... croisons les doigts, pourvu que ça dure ! La météo est capricieuse en ce début de végétation et il faut rester vigilant.

Les vignes ont bien changé en un week-end: elles ont pris 2 feuilles en moyenne. L'herbe a pris 20 à 30 cm... heureusement qu'on ne met pas d'engrais ni d'amandement dans nos vignes; sinon, on chercherait les ceps sous la verdure. D'aileurs, nous avons planté de jeunes vignes pour remplacer les ceps manquants (morts de l'esca ou de la charrue - on voit l'un des 750 remplacé cette année entre les deux bâtons). Ce sont des plants longs. Ils dépassent volontairement du sol de 20 à 30 cm selon les parcelles plutôt que d'être au ras du sol comme le veut la tradition champenoise ancestrale. Cela fait plusieurs années que nous procédons ainsi. En effet, cela facilite l'entretien des sols: la charrue ou la tondeuse ne raccrochent plus les bourgeons naissants sur la souche.  Par ailleurs, lorsque la météo est trop humide et que nous ne pouvons utiliser la charrue d'été pour contenir l'herbe, il faut passer raccourcir l'herbe pour ne pas qu'elle monte dans les raisins (cela favoriserait les maladies). Nous utilisons donc la débroussailleuse à dos munie de rotofils ... c'est long et fatigant, mais la vigne et le sol nous le rendent bien... Le fait d'avoir un "pied monté" évite de couper les jeunes rameaux avec les fils de la débrousailleuse.

Revenons au sujet  de ce post. 

De nouvelles plantes ont levé ces derniers jours
. Parmis elles, il y a ces fleurs violettes et blanches visibles sur la photo ci-dessus. Je n'en avait encore jamais vu dans mes vignes jusqu'à aujourd'hui. Je pense qu'elles font partie de la famille des orchidées; mais mes connaisssances en botanique sont trop maigres. Ce qui me fait penser cela, c'est la forme particulière des fleurs... J'ai réussi à prendre un gros plan assez net d'une de ces fleurs dans une autre parcelle. Quelqu'un pourrait-il me confirmer ou m'infirmer qu'il s'agit bien là d'une orchidée ?



Veuillez m'excuser, j'ai beaucoup de mal à faire les gros plans avec mon appareil. Je voulais prendre quelques jolis petit insectes que je ne connais pas, afin que quelqu'un qui lirait cet article puisse me renseigner, mais rien n'est net !  :-((

Une autre espèce vient de lever ces derniers jours : la prêle des champs (Equisetum Arvense). C'est la seule prêle aux vertues médicinales. En biodynamie, elle nous est très utile car elle aide à la protection contre certaines maladies... tout comme pour nous. La photo ci-dessous a été prise en bas d'une de mes vignes. C'est là que je récolte ce précieux remède car c'est  loin des cultures intensives (viticoles ou agricoles), ce qui préserve intégralement ses vertues médicinales... Lorsqu'on travaille en biodynamie, l'origine de la plante cueillie est très importante !
Petite remarque personnelle: soigner mes vignes avec ces ressources renouvelables me ravis ! C'est tout de même plus agréable que les produits pétro-chimiques aux vertus non médicinales :-))

 Allez, je vous montre ce trésor que la nature nous offre... et voici... la prêle des champs:

Partager cet article

Repost 0
Published by Franck PASCAL - dans A la vigne
commenter cet article

commentaires

Daniel 27/06/2006 14:10

Bonjour Franck,
En cherchant une info sur le "jardin de Lusseau" de Ginette Nadal, je suis tombé sur ton blog.
Pour tes 2 fleurs, il s'agit bien d'une orchidée : Orchis purpurea, assez répandue dans certaines régions, dans les terrains calcaires principalement.
Si tu veux en savoir plus, tu tapes ce nom dans Google,  tu sauras tout et tu verras plein de photos qui te confirmeront qu'il s'agit bien de cette espèce.
Bien cordialement
Daniel

Iris 17/05/2006 10:08

Salut Franc,cela ressemble bien à ka famille des orchis, mais laquelle reste difficile à dire sans voire "plus claire" et aussi les feuilles...Chez nous à Lisson, j'en ai pris aussi en photo il y a quelques jours, elles sont sorties après la première tonte. Felicitation pour la prêle, par chez nous, j'en ai jamais vu, même des orties il y a pratiquement pas - je dois en acheter, si je veux faire les "tisanes".  Ils traitent toujours à l'helicopter, les voisins?  Cela se faisait ici du côté de Berlou, mais j'espère, que cela ne se fait plus depuis qu'ils ont eu droit à l'appelation "villages"...Bon courage pour la débroussailleuse et les traitements (ici, nous font cela aussi à la machine à dos - une raison de plus, de se limiter au stricte minimum...).cordialementIris

Vers une nouvelle viticulture


En Champagne, chaque vigneron et chaque maison a son savoir-faire, son idéal en matière de méthode culturale, ses secrets de vinification, et ses cuvées à proposer. En ce sens, notre approche est particulière.

La recherche poussée à tous les niveaux pour créer de grands vins inimitables vient du fait que j'ai suivi un parcours atypique. Ingénieur de formation, j'ai décidé de revenir sur le domaine familial suite à un tragique accident de mon jeune frère. J'y ai appris une chose primordiale: la vie n'a pas de prix... et c'est une des raisons pour lesquelles je cherche à préserver le mieux possible la vie qui s'installe dans mes vignes, mais aussi celle des personnes qui travaillent avec nous; et celle des consommateurs qui nous permettent de gagner l'argent nécessaire pour continuer dans notre voie.

C'est après avoir fait mon service militaire dans le génie et y avoir appris le mode d'action des toxiques  de combats sur l'homme que j'ai voulu faire une formation pour comprendre comment travailler la vigne. C'est en 1996 et 1997 que j'ai pris conscience - lors de cet apprentissage - que les modes d'entrée des pesticides dans le corps des ravageurs est le même que celui des gaz de combats mis au point pour les militaires. Je me suis rapidement demandé en quoi des biocides pouvaient être inoffensif à moyen terme sur l'homme...

En 1998, j'ai commencé par supprimé les insecticides, les désherbants, les engrais et les anti-botrytis. Puis, un jour, mon père m'a transmis une parcelle de pinots noirs qui était systématiquement ravagée par le mildiou. C'est cette vigne que j'ai dès lors cultivé sans pesticide. Je me suis dit que si la bio réussissait là, ça marcherait partout. Dès la première année, le pari était réussi. Je n'ai pas mis longtemps à déployer ces méthodes culturales sur mon vignoble. C'est en 2002 que le domaine a vu ses premières préparations biodynamiques. La biodynamie est une culture biologique améliorée par l'application de soins énergétiques.

L'énergétique est arrivée sur notre domaine par cette grande porte. Depuis, nous continuons à explorer ce très vaste domaine en perpétuelle évolution. De nouvelles possibilités sont testées chaque année pour aller encore plus loin. Le but est d'aider la nature à renaître après 20 à 30 ans de destruction systèmatique et savamment organisée par les pesticides; mais aussi de lui permettre d'évoluer dans un monde qui bouge vite.

Ainsi, outre la biodynamie, nous testons l'homéopathie, les dynamisations de plantes, d'autres techniques énergétiques, les huiles essentielles; et d'autres choses qui risqueraient d'être qualifiées d'ésothériques (géobiologie par exemple); mais nous assumons nos choix et acceptons de le révéler sur notre blog. Avec quelques années de recul, je sais que les possibilités de ces "techniques" dépassent notre imaginaire.

Recherche