Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2006 3 05 /04 /avril /2006 09:46

Mis en bouteille en 2005, les vins de 2004 veillissent paisiblement dans la pénombre de nos chais. Encore quelques années seront nécessaires pour que ces vins atteignent leur plénitude. Lors des dégustations en vin clair (= sans les bulles), 2004 semblait être le meilleur millésime produit depuis 2000. Je dis bien semblait, car tant que la bouteille n'est pas ouverte, on ne peut être certain de rien. Patience!

 

Alors, pourons-nous commercialiser ces vins?

Comme pour toute AOC, la qualité prévaut. L'INAO "filtre" donc les bouteilles qui seront mises en marché dans quelques années. Le but est d'éliminer les bouteilles qui ne remplissent pas les critères qualitatifs de l'AOC Champagne.
Pour ce faire, l'INAO a mis en place une série de tests sous forme de dégustation et d'analyse. Il faut les franchir avec succès pour obtenir l'AGREMENT de l'INAO et avoir le droit de commercialiser nos vins.

 

Comment celà se passe-t-il?

Pour chaque cuvée tirée (= chaque vin mis en bouteille), une déclaration est faite auprès de l'INAO. Chaque  cuvée correspondra à un lot identifié avec un numéro répertorié par les services de l'INAO.

Après quelques mois de repos au chai, un agent de l'INAO vient vérifier que le lot est toujours entier (Rq: certains vignerons vendent des vins très jeunes et sont parfois en rupture de stock... il faut s'assurer que le délai légal de vieillissement minimum est bien est bien respecté par chacun des acteurs de l'AOC Champagne.  Ce délai est de 15 mois après mise en bouteille pour les vins non millésimés et 3 ans pour les vins millésimés ).

L'agent prélève au hasard 6 bouteilles de chaque lot. Les bouteilles reçoivent une étiquette permettant d'identifier précisément le lot concerné, la quantité produite, le nom du producteur, la date de tirage (=mise en bouteille) et un numéro secret.

 

     Ce numéro secret sera la seule information accessible aux dégustateurs de la commission d'agrément. L'identité du vigneron reste confidentielle, ce qui semble nécessaire à la bonne marche du système.

       Afin d'éviter toute falsification des bouteilles présentées à la commission d'agrément, l'agent appose un cachet de cire propre à l'INAO. Vous le voyez, toutes les précautions sont prises pour que vos événements festifs ne soient pas gâchés par le désagrément d'un champagne de mauvaise de qualité!

 

 

Que deviennent les Champages non agréés ?

Tout d'abord, ils ne peuvent pas être qualifiés de Champagne car ils n'ont pas reçus l'agrément de l'AOC Champagne.

Contrairement à d'autres régions, il n'est pas possible chez nous de commercialiser un vin qui n'a pas reçu l'agrément de l'INAO: il n'existe pas d'alternative légale. Le vin qui n'a pas l'agrément doit impérativement être détruit par distilation... Ceci assure une certaine forme d'homogénéité et une qualité moyenne des vins produits dans la région.

En revanche, si un jour les membres des commissions de l'INAO venaient à sanctionner des vins qualitatifs à forte personnalité car ils s'éloignent de cette moyenne, cela priverait notre région de sa diversité d'expression... La commission d'agrément porte sur ses épaules une lourde responsabilité!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vers une nouvelle viticulture


En Champagne, chaque vigneron et chaque maison a son savoir-faire, son idéal en matière de méthode culturale, ses secrets de vinification, et ses cuvées à proposer. En ce sens, notre approche est particulière.

La recherche poussée à tous les niveaux pour créer de grands vins inimitables vient du fait que j'ai suivi un parcours atypique. Ingénieur de formation, j'ai décidé de revenir sur le domaine familial suite à un tragique accident de mon jeune frère. J'y ai appris une chose primordiale: la vie n'a pas de prix... et c'est une des raisons pour lesquelles je cherche à préserver le mieux possible la vie qui s'installe dans mes vignes, mais aussi celle des personnes qui travaillent avec nous; et celle des consommateurs qui nous permettent de gagner l'argent nécessaire pour continuer dans notre voie.

C'est après avoir fait mon service militaire dans le génie et y avoir appris le mode d'action des toxiques  de combats sur l'homme que j'ai voulu faire une formation pour comprendre comment travailler la vigne. C'est en 1996 et 1997 que j'ai pris conscience - lors de cet apprentissage - que les modes d'entrée des pesticides dans le corps des ravageurs est le même que celui des gaz de combats mis au point pour les militaires. Je me suis rapidement demandé en quoi des biocides pouvaient être inoffensif à moyen terme sur l'homme...

En 1998, j'ai commencé par supprimé les insecticides, les désherbants, les engrais et les anti-botrytis. Puis, un jour, mon père m'a transmis une parcelle de pinots noirs qui était systématiquement ravagée par le mildiou. C'est cette vigne que j'ai dès lors cultivé sans pesticide. Je me suis dit que si la bio réussissait là, ça marcherait partout. Dès la première année, le pari était réussi. Je n'ai pas mis longtemps à déployer ces méthodes culturales sur mon vignoble. C'est en 2002 que le domaine a vu ses premières préparations biodynamiques. La biodynamie est une culture biologique améliorée par l'application de soins énergétiques.

L'énergétique est arrivée sur notre domaine par cette grande porte. Depuis, nous continuons à explorer ce très vaste domaine en perpétuelle évolution. De nouvelles possibilités sont testées chaque année pour aller encore plus loin. Le but est d'aider la nature à renaître après 20 à 30 ans de destruction systèmatique et savamment organisée par les pesticides; mais aussi de lui permettre d'évoluer dans un monde qui bouge vite.

Ainsi, outre la biodynamie, nous testons l'homéopathie, les dynamisations de plantes, d'autres techniques énergétiques, les huiles essentielles; et d'autres choses qui risqueraient d'être qualifiées d'ésothériques (géobiologie par exemple); mais nous assumons nos choix et acceptons de le révéler sur notre blog. Avec quelques années de recul, je sais que les possibilités de ces "techniques" dépassent notre imaginaire.

Recherche