Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2008 4 25 /09 /septembre /2008 07:24
Les jourées et les nuits sont frâiches.
Résultat, les moûts sont froids: de 12 à 14°C.
Dans ces conditions, les levures indigènes ont un peu de mal se lancer... il faut chauffer !
J'utilise une astuce que m'avait donné Vincent DESEAUBEAUX, le fils de Françoise BEDEL, pour permettre un bon démmarrage des  fermentations.


Il s'agit de "cartonner" le bas d'une cuve et d'insérer un chauffage d'appoint sous le cuve... ça marche!
Il suffisait d'y penser!
Merci Vincent et Françoise, et bonnes vendanges si vous n'avez pas terminé.


Une chose importante à vérifier avant de mettre le vin en condition de fermentation: s'assurer que le vin tienne bien à l'air pour éviter une teinte oxydée et des déviations lors des fermentations si un voile se forme sur le moût...


Euh oui, une précision: le champagne est obtenu à partir de raisins rouges dans environ 2/3 des cas... on préserve la couleur naturelle, les tanins et les anti-oxydants du vin en ne décolorant pas nos moûts...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Camille 18/10/2008 20:21

Bonjour, Je suis une élève de 1ère et je dois faire un TPE cette année, Avec les élèves de mon groupe nous avons décider de choisir: "d'où proviennent les bulles du champagne ?" et pour celà nous allon devoir réaliser notre propre champagne. Pourriez vous via mon email me préciser les quantités de levures à mettre pour 1 L de jus de raison svp et si vous avez le temps bien m'expliquer la recette je vous remercie, Bonne soirée.

Franck PASCAL 18/10/2008 21:28


Camille,

les levures sont déjà présentes sur la peau des raisins.
Inutile d'en rajouter.
Bonne soirée,
Franck


DL 07/10/2008 15:14

Bonjour FranckLes réactions sont probablement signe d'énervement à la vue de tes raisins qui se portent bien sans charge pesticide, produit phytopharmaceutique, produit de santé des plantes, c'est comme on l'entend. Trèves de circonvolution, j'espère que le voisinage n'aura pas à l'avenir l'envie d'escamoter ton travail.Quant à la maxime selon laquelle la bio ne pourra pas permettre au monde de vivre, oui pourquoi pas, en attendant  on sait ce qui tue le monde, c'est l'argent à toute fin et tous les moyens excessivement chimiques pour y parvenir.Petit conseil par ailleurs Pour démarrer une malo, il y a les quartiers de pommes... les bactéries malolactiques sont inductrices 

claisse alain 02/10/2008 07:26

Cher Franck, je voulais juste dire de ne pas nous prendre pour des imbéciles.A +        ALAIN

Franck PASCAL 02/10/2008 07:50


Ben justement, sur quel point serais-tu pris pour un imbécile ?
Je ne comprends pas.
Merci,
Franck


claisse alain 29/09/2008 19:44

Bonjour Franck, je crois apporter une petite précision sur l'apparition du mildiou sur tes grappes à La Poterne. La raison est que la maladie était sur les premieres feuilles dés quelles sont sorties car la maladie étais déja présente l'année dernière comme les autres années!!! Et de ce fait, le mildiou n'a fait que de migrer des feuilles vers les raisins dés la fin de la fleur. J'observe tes vignes car je suis riverain et j'ai un mal fou à controler les maladies en raison du foyer de maladies dans tes vignes ! Je voudrais un renseignement, j'ai appris que pour lutter contre le mildiou, tu faisait des applications d'EAU OXIGENEE et lors'que j'ai demandé à un technicien du C.I.V.C. (Comité Interprofestionnel des Vins de Champgne) si ce produit était reconnu en biodinamie celui-ci n'a pas pu me répondre. Pourrait-tu m'apporter une réponse car dans les traitements conventionnels nous n'en n'utilisons pas. De plus je suis ravi pour toi que tu annonce des rendements entre 9500 et 12000 Kg/ha car tu dois avoir de tres belles vignes dans d'autres secteurs que le mien et à Baslieux si j'en crois mes amis de là bas! Au fait!,tu me donneras ta technique pour  que les mouts ne s'oxident pas si tu n'emploie pas de poduits souffrés et aussi celle pour dérougir car comment fais tu des Champagnes blancs avec des mouts (jus de raisins) rouges ? Merci pour tes réponses et bonne fin de vendanges ! 

Franck PASCAL 30/09/2008 18:16


Bonjour Alain,

je fais fréquemment des tournées dans mes parcelles de vignes pour vérifier la présence ou non de maladies. Je ne dois pas être bien performant car je n'ai pas vu de mildiou sur les premières
feuilles étalées. Je serai plus vigilent l'an prochain, et si tu vois quelquechose dans mes vignes qui semble être un danger pour les tiennes, je t'en serais gré de m'en faire part. Toutefois, si
tu souhaites qu'il y ait zéro tâche de mildiou dans nos vignes, saches que c'est impossible... il faudrait y aller au napalm et à la bombe atomique, ce qui n'est pas autiorisé en bio :-))

Pour l'eau Oxygénée, j'en avais entendu parler. J'ai su que ça s'utilise fréquement en culture d'intérieur. Ca a attiré ma curiosité et j'ai souhaité faire un essai. C'était l'occasion rêvée, non
?
Je ne saurais pas te dire si c'est homologué ou non en biodynamie car les règles sont assez obscures en Europe... certains produits naturels sont autorisés partout sauf en France... et je ne vois
pas pourquoi.
En pulvérisant quelques gouttes d'un mélange eau oxygénée/eau de pluie à raison de 2 ml d'eau oxygénée par litre d'eau de pluie, la tache fleurie de mildiou disparaît en quelques secondes. Mais
j'ai fait l'application avec un papier essuie-tout. J'ai voulu faire le test en pluvérisation avec une pulvérisation classique , histoire d'être moins bête... il n'y a qu'en essayant des choses
qu'on apprend, non ? J'ai pu constater la disparition de nombreuses tâches, même si c'est moins efficace qu'à l'essuie tout. C'est intéressant, mais j'ai le sentiment que l'action ne persiste pas.
L'effet est de quelques minutes tout au plus, comme sur une plaie.

Ce qui semble fonctionner le mieux, c'est l'application de Kocide à faible dose, mais très rapprochées. C'est un hydroxyde de cuivre qui a une action de choc + une rémanence de quelques jours... je
l'ai associé à des huiles essentielles biologiques pour stimuler certains métabolismes défaillants de la plante. Ca participe a son bien-être et n'a aucun effet fongicide... Malheureusement, les
recherches et homologations sur les huiles essentielles sont assez restreintes. Espérons que cela changera un jour car pour l'instant, les bio n'ont pas vraiement de soutient de la part des
chercheurs: trop cher !!

Pour les rendements, j'en suis très content ! Je ne pensais pas faire aussi bien. Même mon père, très attaché à la notion de rendement, était vraiment surpris dans le bon sens de l'heureuse
surprise que nos vignes nous ont réservé... avec la nouvelle charrue, les raisins ont bien profité du dernier mois de maturation et des pluies de début septembre. Pour le citer "Vieiiles vignes
magnifiques, pas un grain de pourri". En chardonnay et en Pinot Noir, les rendements sont même supérieurs, sauf dans les parties réservées au vin rouge. Si tu remets en doute mes propos,
demande-lui directement. C'est lui qui guide les coupeurs et réceptionne les pannier de raisins.

Je vais faire un petit layus sur notre manière de travailler les jus de raisin avant leur mise en fermentation, plus détaillé que celui que j'avais fait rapidement. Je pense que ça suffira à
apporter les réponses à tes questions. J'essaie de faire ça demain.

Pour la couleur, elle tombe lors des fermentations. Les levures transforment beaucoup de choses dans le vin. La matière colorante l'est probablement en partie. Tu es tout près de la maison, je
t'invite à venir voir de tes propres yeux accompagné de Nathalie si tu le souhaites. Ce soir, les chardonnay et les Pinots Noirs sont sur le piont de commencer à fermenter, les premiers signes sont
là. Le rouge n'a pas encore montré de signe de départ en fermentation...
Je t'appelle.
A bientôt,
Franck










Vers une nouvelle viticulture


En Champagne, chaque vigneron et chaque maison a son savoir-faire, son idéal en matière de méthode culturale, ses secrets de vinification, et ses cuvées à proposer. En ce sens, notre approche est particulière.

La recherche poussée à tous les niveaux pour créer de grands vins inimitables vient du fait que j'ai suivi un parcours atypique. Ingénieur de formation, j'ai décidé de revenir sur le domaine familial suite à un tragique accident de mon jeune frère. J'y ai appris une chose primordiale: la vie n'a pas de prix... et c'est une des raisons pour lesquelles je cherche à préserver le mieux possible la vie qui s'installe dans mes vignes, mais aussi celle des personnes qui travaillent avec nous; et celle des consommateurs qui nous permettent de gagner l'argent nécessaire pour continuer dans notre voie.

C'est après avoir fait mon service militaire dans le génie et y avoir appris le mode d'action des toxiques  de combats sur l'homme que j'ai voulu faire une formation pour comprendre comment travailler la vigne. C'est en 1996 et 1997 que j'ai pris conscience - lors de cet apprentissage - que les modes d'entrée des pesticides dans le corps des ravageurs est le même que celui des gaz de combats mis au point pour les militaires. Je me suis rapidement demandé en quoi des biocides pouvaient être inoffensif à moyen terme sur l'homme...

En 1998, j'ai commencé par supprimé les insecticides, les désherbants, les engrais et les anti-botrytis. Puis, un jour, mon père m'a transmis une parcelle de pinots noirs qui était systématiquement ravagée par le mildiou. C'est cette vigne que j'ai dès lors cultivé sans pesticide. Je me suis dit que si la bio réussissait là, ça marcherait partout. Dès la première année, le pari était réussi. Je n'ai pas mis longtemps à déployer ces méthodes culturales sur mon vignoble. C'est en 2002 que le domaine a vu ses premières préparations biodynamiques. La biodynamie est une culture biologique améliorée par l'application de soins énergétiques.

L'énergétique est arrivée sur notre domaine par cette grande porte. Depuis, nous continuons à explorer ce très vaste domaine en perpétuelle évolution. De nouvelles possibilités sont testées chaque année pour aller encore plus loin. Le but est d'aider la nature à renaître après 20 à 30 ans de destruction systèmatique et savamment organisée par les pesticides; mais aussi de lui permettre d'évoluer dans un monde qui bouge vite.

Ainsi, outre la biodynamie, nous testons l'homéopathie, les dynamisations de plantes, d'autres techniques énergétiques, les huiles essentielles; et d'autres choses qui risqueraient d'être qualifiées d'ésothériques (géobiologie par exemple); mais nous assumons nos choix et acceptons de le révéler sur notre blog. Avec quelques années de recul, je sais que les possibilités de ces "techniques" dépassent notre imaginaire.

Recherche