Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 14:19
Les vendanges 2008 ponctuent de toute beauté une année de travail au vignoble... enfin, ne vendons pas la peau de l'ours avant de l'avoir tué car ce n'est pas terminé.

La majeure partie des Pinots Meuniers est cueillie, et acheminée au pressoir...

 Avant cela, conformément à la réglementation champenoise, les raisins sont pesés afin de déterminer la quantité de caisses qui auront l'honneur de franchir les portes du pressoir... cette quantité s'appelle un marc:


Comme vous les voyez, les raisins sont magnifiques, bien murs, pas très lourds et archi-sains... Quand je vois de tels raisins, je sais qu'il est inutile d'analyser les jus. La dégustation suffit à confirmer ce que je vois. A la dégustation des baies, lorsque l'acidité et le sucre sont bien équilibrés, que le jus reste fin et tien bien en bouche, qu'il y a des tanins, de la minéralité, et cette vibration qui tien la matière, je sais que le raisin est prêt. Ensuite, les valeurs ne sont là que pour se rassurer, pour mentaliser le devenir possible de la vendange ou flatter son égo; mais avec l'expérience, j'ai le sentiment que tout cela est facultatif. La vérité est ailleurs ! :-))

Regardons la beauté de ces raisins de plus près...


No comment...

N'exagérons rien, de temps à autre, une exception vient confirmer la règle avec quelques baies altérées ou au reflet violacé et non noir... mais dans l'ensemble, la qualité escomptée est au rendez-vous.

Par exemple, ci-dessous, voici des raisins de "La Poterne". C'est un endroit où j'ai eu un gros souci de pulvérisation. En effet, suite à l'adaptation d'un nouveau matériel sur mon micro-enjambeur, tout le circuit hydrolique a été modifié. Sur ce type d'engin à faible puissance, les réglages hydroliques doivent être aussi précis que de l'horlogerie suisse... et malheureusement, le circuit hydrolique n'a pas été correctement installé. Ceci s'est traduit par une perte notable de puissance en côteau, dûe notamment à un échauffement anormal de l'huile (au passage, ce serait de l'huile bio et elle chaufferait plus vite que l'huile de synthèse). Résultat, notre pulvérisation pneumatique n'avait plus de souffle !!
Comme je traite mes vignes lorsque les stomates sont bien ouverts (indispensable à une bonne qualité de pulvé en bio), je me suis apperçu du problème tard le soir, avant la tombée de la nuit, quand j'ai commencé à traiter en côteau.
La protection était insuffisante, puis il a plus pendant 2 jours... le mildiou s'est installé sans difficulté. Je suis passé traiter de nouveau quand les conditions le permettaient, mais c'était trop tard, une partie était en phase d'incubation.
Je guétais, et un jour, j'ai vu l'énorme sortie sur grappe.
Aïe aïe aïe! Je n'avais encore jamais vu d'attaque si virulente.
J'aurais au moins appris quelquechose cette année: le mildiou sur grappe s'arrête sans l'usage de pénétrant ni de systémique !!! C'est déjà une bonne nouvelle, mais regardez le résultat aux vendanges: il manque de nombreux grains sur la grappe!

   


Les rendements sont pour l'instant dans la fourchette visée, soit entre 9500 et 12000 kg/ha, sauf biensûr dans ce secteur. Je vous laisse convertir en hl/ha.
   


Les vendanges, c'est un moment de joie, et pas seulement pour le vigneron. Les enfants attendent toujours ces quelques jours par an avec imptience. Ils sont heureux d'aller passer quelques temps avec les vendangeurs et leur papy dans les vignes.



Pour ne pas gâcher ce moment de pur plaisir, le soleil est aussi de la partie... c'est important pour le moral des vendangeurs !



Bref, tout ça fait un papa heureux et comblé.

What else ?!?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vers une nouvelle viticulture


En Champagne, chaque vigneron et chaque maison a son savoir-faire, son idéal en matière de méthode culturale, ses secrets de vinification, et ses cuvées à proposer. En ce sens, notre approche est particulière.

La recherche poussée à tous les niveaux pour créer de grands vins inimitables vient du fait que j'ai suivi un parcours atypique. Ingénieur de formation, j'ai décidé de revenir sur le domaine familial suite à un tragique accident de mon jeune frère. J'y ai appris une chose primordiale: la vie n'a pas de prix... et c'est une des raisons pour lesquelles je cherche à préserver le mieux possible la vie qui s'installe dans mes vignes, mais aussi celle des personnes qui travaillent avec nous; et celle des consommateurs qui nous permettent de gagner l'argent nécessaire pour continuer dans notre voie.

C'est après avoir fait mon service militaire dans le génie et y avoir appris le mode d'action des toxiques  de combats sur l'homme que j'ai voulu faire une formation pour comprendre comment travailler la vigne. C'est en 1996 et 1997 que j'ai pris conscience - lors de cet apprentissage - que les modes d'entrée des pesticides dans le corps des ravageurs est le même que celui des gaz de combats mis au point pour les militaires. Je me suis rapidement demandé en quoi des biocides pouvaient être inoffensif à moyen terme sur l'homme...

En 1998, j'ai commencé par supprimé les insecticides, les désherbants, les engrais et les anti-botrytis. Puis, un jour, mon père m'a transmis une parcelle de pinots noirs qui était systématiquement ravagée par le mildiou. C'est cette vigne que j'ai dès lors cultivé sans pesticide. Je me suis dit que si la bio réussissait là, ça marcherait partout. Dès la première année, le pari était réussi. Je n'ai pas mis longtemps à déployer ces méthodes culturales sur mon vignoble. C'est en 2002 que le domaine a vu ses premières préparations biodynamiques. La biodynamie est une culture biologique améliorée par l'application de soins énergétiques.

L'énergétique est arrivée sur notre domaine par cette grande porte. Depuis, nous continuons à explorer ce très vaste domaine en perpétuelle évolution. De nouvelles possibilités sont testées chaque année pour aller encore plus loin. Le but est d'aider la nature à renaître après 20 à 30 ans de destruction systèmatique et savamment organisée par les pesticides; mais aussi de lui permettre d'évoluer dans un monde qui bouge vite.

Ainsi, outre la biodynamie, nous testons l'homéopathie, les dynamisations de plantes, d'autres techniques énergétiques, les huiles essentielles; et d'autres choses qui risqueraient d'être qualifiées d'ésothériques (géobiologie par exemple); mais nous assumons nos choix et acceptons de le révéler sur notre blog. Avec quelques années de recul, je sais que les possibilités de ces "techniques" dépassent notre imaginaire.

Recherche