Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2008 5 19 /09 /septembre /2008 22:33
Encore une belle journée !
Les journées sont belles et les nuits sont froides, une aubaine.

Alors, en cette veille de vendanges, un petit tour du vignoble s'imposait.
Aller déguster les baies est enrichissant, vérifier l'état sanitaire des raisins, ressentir la vigne, lui parler, la prévenir de l'arrivée des vendangeurs et du début imminent de la cueillette...
Je la sent prête, joyeuse, elle n'est pas impatiente, le moment est venu, voilà tout.

Le feuillage est très joli, d'un vert tendre que j'adore.
Les sols rayonnent par leur beauté. L'investissement dans de nouvelles charrues intercep a porté ses fruits... la vigne respire et se sent bien, elle nous le montre.

La dégustation des baies révèle un équilibre et une finesse remarquables.
Les peaux sont moins craquantes que d'habitude. De temps à autre, quelques baies d'un cep sont botrytisées.
Il faudra trier, mais les grappes touchées sont rares. C'est réconfortant car malgré les pluies abondantes, je n'ai pas fait de poudrage en prévention du botrytis cette année.

En discutant avec quelques confrères qui ont débuté les vendanges, on arrive toujours aux mêmes conclusions. Chaque année c'est pareil: plus la charge de la vigne est importante, moins les degrés sont élevés et moins les maturités sont avancées... normal !

Jeudi 11 Septembre, un orage a déversé plus de 40 mm de pluie et il est tombé une pluie fine continue toute la journée de Samedi. Comme en 2001, l'excès d'eau avant vendanges fait gonfler les baies. Certains y trouvent leur bonheur car la récolte sera plus grosse; tout en restant quantitativement plus faible en champagne que ces dernières années... et puis, il y a ceux qui recherchent plus de matière et de concentration. Parmis ceux-là, il est probable que de nombreux confrères aient joué la carte de l'enherbement. C'est déjà ce qui nous avait sauvé en 2001... et je suis très content de voir nos vignes pleines de verdure cette année encore: la pluie ne passera pas alimenter nos raisins!

Les grappes sont aérées, le poids des baies est faible, les grappes ne pèseront pas lourd dans ces vignes conduites sans engrais et enherbées... mais la qualité est là, je la sens au palais. Pour confirmer mon sentiment, je n'ai pas résisté à l'envie de remettre en route mon petit pressoir. Quelques grappes sélectionnées avec bienveillance, un pressurage doux sans retrousse et c'est avec plasir qu'Isabelle et moi avons pu déguster le jus issu d'un an d'effort de la part de nos vignes. Quelle finesse, quel équilibre, quel joli fruité fin et délicat, quelle longueur, quelle persistance aromatique !

Nos vignes nous laissent entrevoir un joli potentiel, tout en dentelle.
Je n'ai pas souhaité mesurer le degré, le pH ou l'acidité du moût. Cela m'importe moins que ce que je ressens.
Un amateur de champagne, un néophite ou un dégustateur chevronné ne recherchent pas une analyse quantitative lors de la dégustation de nos champagnes. Il cherchera avant tout à savoir si le vin lui plaît ou non avec les critères qui sont les siens. Par respect pour la difficile année que viennent de traverser nos vignes, je ne souhaitais pas  - cet-après-midi - porter un jugement analytique, je suis resté dans le sensitif... et là, je leur dis merci pour le plaisir que les jus dégustés m'ont apporté.

C'est donc avec sérénité que les vendanges 2008 vont pouvoir commencer...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vers une nouvelle viticulture


En Champagne, chaque vigneron et chaque maison a son savoir-faire, son idéal en matière de méthode culturale, ses secrets de vinification, et ses cuvées à proposer. En ce sens, notre approche est particulière.

La recherche poussée à tous les niveaux pour créer de grands vins inimitables vient du fait que j'ai suivi un parcours atypique. Ingénieur de formation, j'ai décidé de revenir sur le domaine familial suite à un tragique accident de mon jeune frère. J'y ai appris une chose primordiale: la vie n'a pas de prix... et c'est une des raisons pour lesquelles je cherche à préserver le mieux possible la vie qui s'installe dans mes vignes, mais aussi celle des personnes qui travaillent avec nous; et celle des consommateurs qui nous permettent de gagner l'argent nécessaire pour continuer dans notre voie.

C'est après avoir fait mon service militaire dans le génie et y avoir appris le mode d'action des toxiques  de combats sur l'homme que j'ai voulu faire une formation pour comprendre comment travailler la vigne. C'est en 1996 et 1997 que j'ai pris conscience - lors de cet apprentissage - que les modes d'entrée des pesticides dans le corps des ravageurs est le même que celui des gaz de combats mis au point pour les militaires. Je me suis rapidement demandé en quoi des biocides pouvaient être inoffensif à moyen terme sur l'homme...

En 1998, j'ai commencé par supprimé les insecticides, les désherbants, les engrais et les anti-botrytis. Puis, un jour, mon père m'a transmis une parcelle de pinots noirs qui était systématiquement ravagée par le mildiou. C'est cette vigne que j'ai dès lors cultivé sans pesticide. Je me suis dit que si la bio réussissait là, ça marcherait partout. Dès la première année, le pari était réussi. Je n'ai pas mis longtemps à déployer ces méthodes culturales sur mon vignoble. C'est en 2002 que le domaine a vu ses premières préparations biodynamiques. La biodynamie est une culture biologique améliorée par l'application de soins énergétiques.

L'énergétique est arrivée sur notre domaine par cette grande porte. Depuis, nous continuons à explorer ce très vaste domaine en perpétuelle évolution. De nouvelles possibilités sont testées chaque année pour aller encore plus loin. Le but est d'aider la nature à renaître après 20 à 30 ans de destruction systèmatique et savamment organisée par les pesticides; mais aussi de lui permettre d'évoluer dans un monde qui bouge vite.

Ainsi, outre la biodynamie, nous testons l'homéopathie, les dynamisations de plantes, d'autres techniques énergétiques, les huiles essentielles; et d'autres choses qui risqueraient d'être qualifiées d'ésothériques (géobiologie par exemple); mais nous assumons nos choix et acceptons de le révéler sur notre blog. Avec quelques années de recul, je sais que les possibilités de ces "techniques" dépassent notre imaginaire.

Recherche