Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2008 4 19 /06 /juin /2008 12:55
On me demande souvent comment fonctionne la biodynamie.
Quand on lit les écrits sur le sujet, on comprend qu'il s'agit surtout d'utiliser les énergies desquelles le vivant a été coupé.
Nous nous contenterions de rétablir des équilibres énergétiques et de faire circuler de nouveau certaines énergies (telluriques et/ou cosmiques); voire de les purifier.

Certes, Enstein disait que la matière n'est que de l'énergie condensée (ou densifiée)... mais il aura fallu les travaux sur l'atome et la physique quantique pour commencer à toucher cet aspect du bout des doigts. On a par exemple pu comprendre que le modèle de covalence basé sur des niveau d'énergie des électrons étaient trop simplistes. La même liaison de covalence peut se faire avec une liaison plus ou moins forte selon que l'énergie d'assemblage était d'origine naturelle ou chimique...

En effet, en modélisant de manière simpliste, chaque atome d'une liaison monovalent mettrait un électron en commun dans le but "d'unir" les deux atomes... cette vision est dépassée car l'électron (qui ne gravite pas vraiment comme une entité à part entière autour du noyau) est composé de plusieurs éléments liés entre eux par des mécanismes énergétiques... Or, ces mécanismes énergétiques sont perturbables selon la source d'énergie qui crèe la liaison entre les atomes; ce qui a pour conséquence d'avoir des molécules plus ou moins facilement sécables par les êtres vivants...

Ceci n'est pas sans conséquence. On sait par exemple qu'une vitamine C de synthèse n'a pas d'action dans l'organisme comme la vitamine C d'origne naturelle. Le corps élimine la vitamine C de synthèse car elle ne correspond pas à la forme naturelle dans sa dimension énergétique. Idem pour la biodégradabilité des pesticides...
 
Je ne vais pas m'étendre sur ces sujets fondamentaux, je souhaitais juste vous infomer que le LHC va bientôt permettre à l'homme de comprendre plus finement la relation entre l'énergie et la matière; et donc probablement permettre d'avancer des hypothèses scientifiques sur le mode d'action des énergies mises en oeuvre en biodynamie. Ca demandera un peu de temps, mais on n'en a jamais été aussi près.

Qu'est-ce que le LHC?
C'est le plus puissant accélerateur de particules au monde, installé à la frontière entre la Suisse et la France, entre le canton de Gex et le canton Genèvois. Il va permettre d'accélérer des particules à 99,99% de la vitesse de la lumière avant impact... ce qui devrait permettre de "visualiser" des réaction matière/anti-matière, et éventuellement mettre en évidence le chaînon manquant de la matière... Bien des énigmes scientifiques pourraient être résolues après sa mise en route avant la fin de l'année.

Pour en savoir plus: http://i48.servimg.com/u/f48/11/48/66/15/articl10.jpg



Partager cet article

Repost 0
Published by Franck PASCAL - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Alexandre C 12/09/2008 14:09

Bonjour,J'ai lu avec attention votre post, mais je reste dans l'interrogation face à un tel projet.Ce que ces scientifiques ont réalisé est extrémment intéressant, mais si nous regardons en arrière, toute avancée scientifique a amené à une utilisation parfois néfaste des éléments maitrisés par l'homme.La connaissance de l'homme engendre souvent une modification par ce dernier pour son propre confort. Il suffit de voir le cas des OGM, l'homme étant en mesure de déchifrer un morceau de nature, il intervient et le modifie afin de simplifier son travail sur cette même nature.Ici, n'est on pas à la veille de nouvelles découvertes qui viendront par la suite, créer des modifications des éléments qui créent notre monde ?

julien 20/06/2008 11:26

je suis d'accord ac la plupart des choses que vous avancez...cette étude en Bourgogne paraît en effet fortement intéressante.en effet la science ne peut pas tout expliquer....pour ce qui est de la sensibilité quant à la biodynamie c'est peut-être simplement que je n'en ai aps eu l'occasion

julien 20/06/2008 09:05

je suis désolé mais là je ne vais pas être d'accord: les parcelles cultivées par des viticulteurs en biodynamie ne constituent en rien une expérience scientifique pouvant mener à des conclusions valables. par contre, elles cosntituent un élément intéressant sur lequel il faut se pencher pour réaliser d'autres expériences. bien sûr qu'il y a des résultats....mais comment les gens euvent y croire sans que celà soit prouvé et démontré? nous qui apprenons aujourd'hui tous à ne pas tout gober et qui remettons tout en cause...

Franck PASCAL 20/06/2008 10:39


Bonjour Julien,

je suis d'accord avec vous, la cuture de parcelles en biodynamie ne constitue pas une expérience scientifique. En revanche, j'en tire une expérience (personnelle) qui me permet d'affirmer qu'il se
passe quelquechose.

Je serais ravi qu'un grand domaine puisse mettre une de ses parcelles à disposition pour qu'il soit conduit d'un côté la viticulture classique et de l'autre la biodynamie sur une durée de 5 à 10
ans...
Les résultats sont visibles en quelques années. J'appelle cela une preuve et un grand Domaine bourguignon l'a fait pendant 10 ans. La parcelle a connu les deux modes de culture et les raisins ont
été vinifiés séparéments puis embouteillés séparément. C'est mieux qu'un rapport ou des photos, vous pouvez faire appel à vos sens our comprendre la différence.

Si ces démonstrations par l'expérience vous semblent irrecevables car vous ne savez pas expliquer ce qui s'est passé, ce n'est pas mon problème. C'est le problème de la science qui doit bien
admettre qu'elle ne sait pas tout et qu'elle a encore beaucoup à apprendre...

Si Volta avait dit en l'an 200 avant notre ère qu'on pouvait fabriquer des piles pour stocker et utiliser de l'électricité, il aurait été incompris pour son époque.

On assiste au même phénomène dans la société actuelle: tout ce qui n'a pas encore expliqué devrait être considéré comme non démontré... il est pourtant facile d'admettre que "En suivant un
protocole précis, les effets attendus et constatés sont les suivants:
- point 1
- point 2
- etc"

Personnellement, ce qui m'intéresse dans la biodynamie, ce sont les résultats, pas les explications.
J'ai fait suffisamment de chemin pour sentir les énergies se renforcer et se mettre en place suite à l'application d'une préparation biodynamique. Ca me suffit. Quand je fais une préparation
énergétique, je sais si ce que viens de faire est en train de faire son effet ou non... mais pour en arriver là, il faut pratiquer. Ce n'est pas en restant dans son bureau et en parlant de
quelquechose que je ne connais pas que je pourrai avancer.

Autrechose que je sais, c'est que pour l'instant rien d'autre n'est en mesure d'inverser les processus de dégradation/dégénération des sols et des cultures... et ce n'est certainement pas en
cherchant à détruire tout ce qui devrait vivre dans une parcelle cultivée à coup de pesticides ou d'OGM qu'on parviendra à résoudre les problèmes de fond qui conduisent à la dégérescence des
cultures. Même si j'avoue avoir encore beaucoup apprendre sur tout, j'ai au moins franchi ce cap :-)


julien 19/06/2008 15:14

c'est bien là le "problème" de la biodynamie à mon sens....c'est que malheureusement rien n'est prouvé! même si je ne suis pas forcément à 100% pour ce mode de conduite (chacun a le droit à sona vis), je suis persuadé qu'il y a du bon...mais alors comment faire la différence?bref, vivement les résultats issus de ces nouvelles recherches au CERN

Franck PASCAL 19/06/2008 22:02


Julien, il y a erreur dan sles propos: la preuve est faite par l'expérience. Il suffit d'ouvrir les yeux pour voir...
Ce qui n'a pas encore été fait, c'est d'expliquer pourquoi et comment ça agit. Enfin, ve serait beaucoup dire car Steiner l'a fait, mais ses explications ne comptent pas. On continue de chercher
les réponses ailleurs que dans l'énergétique pure. On peut donc continuer à chercher longtemps... à moins que l'accélérateur de particules ne vienne ouvrir les yeux d'une partie du monde
scientifique :-)


Vers une nouvelle viticulture


En Champagne, chaque vigneron et chaque maison a son savoir-faire, son idéal en matière de méthode culturale, ses secrets de vinification, et ses cuvées à proposer. En ce sens, notre approche est particulière.

La recherche poussée à tous les niveaux pour créer de grands vins inimitables vient du fait que j'ai suivi un parcours atypique. Ingénieur de formation, j'ai décidé de revenir sur le domaine familial suite à un tragique accident de mon jeune frère. J'y ai appris une chose primordiale: la vie n'a pas de prix... et c'est une des raisons pour lesquelles je cherche à préserver le mieux possible la vie qui s'installe dans mes vignes, mais aussi celle des personnes qui travaillent avec nous; et celle des consommateurs qui nous permettent de gagner l'argent nécessaire pour continuer dans notre voie.

C'est après avoir fait mon service militaire dans le génie et y avoir appris le mode d'action des toxiques  de combats sur l'homme que j'ai voulu faire une formation pour comprendre comment travailler la vigne. C'est en 1996 et 1997 que j'ai pris conscience - lors de cet apprentissage - que les modes d'entrée des pesticides dans le corps des ravageurs est le même que celui des gaz de combats mis au point pour les militaires. Je me suis rapidement demandé en quoi des biocides pouvaient être inoffensif à moyen terme sur l'homme...

En 1998, j'ai commencé par supprimé les insecticides, les désherbants, les engrais et les anti-botrytis. Puis, un jour, mon père m'a transmis une parcelle de pinots noirs qui était systématiquement ravagée par le mildiou. C'est cette vigne que j'ai dès lors cultivé sans pesticide. Je me suis dit que si la bio réussissait là, ça marcherait partout. Dès la première année, le pari était réussi. Je n'ai pas mis longtemps à déployer ces méthodes culturales sur mon vignoble. C'est en 2002 que le domaine a vu ses premières préparations biodynamiques. La biodynamie est une culture biologique améliorée par l'application de soins énergétiques.

L'énergétique est arrivée sur notre domaine par cette grande porte. Depuis, nous continuons à explorer ce très vaste domaine en perpétuelle évolution. De nouvelles possibilités sont testées chaque année pour aller encore plus loin. Le but est d'aider la nature à renaître après 20 à 30 ans de destruction systèmatique et savamment organisée par les pesticides; mais aussi de lui permettre d'évoluer dans un monde qui bouge vite.

Ainsi, outre la biodynamie, nous testons l'homéopathie, les dynamisations de plantes, d'autres techniques énergétiques, les huiles essentielles; et d'autres choses qui risqueraient d'être qualifiées d'ésothériques (géobiologie par exemple); mais nous assumons nos choix et acceptons de le révéler sur notre blog. Avec quelques années de recul, je sais que les possibilités de ces "techniques" dépassent notre imaginaire.

Recherche