Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 04:12
Voici une réaction Meatrix sur mon blog posté de la part de Cultilandes:

"Dans la Nature, avant l'apparition des ignobles vignerons comme vous, les pieds de vigne vivaient au soleil de la Méditerranée, à leur aise.
Vous les maintenez dans votre climat froid et humide, en rangs très serrés, vous les taillez selon votre "bon" vouloir pour les exploiter, en privant les oiseaux de leurs fruits. Concentrés dans ce climat hostile, vous devez les arroser de tisanes et autres décoctions pour les maintenir artificiellement en vie..."

Bonjour Cultilandes,

Avant que les immeubles viennent dénaturer le biotope de la méditerranée, je ne sais pas où poussait la vigne.
On a retrouvé des fossiles de vigne datant d'environ 65 millions d'années en Champagne, près de Sézane... comment prétendre qu'il n'y avait pas de vigne en Suède avant ?

Pour la vigne d'aujourd'hui, notre climat permet l'élaboration grands vins par une pluviométrie normalement limitée (700 mm annuels), et des températures fraîches qui garantissent un support acide indispensable à la structure du vin blanc. L'acidité naturelle, c'est meilleur pour la santé que les acides rajoutés.

Concernant la densité de plantation, je ne sait pas quelle elle serait dans la nature... ça se rapprocherait probablement de la densité d'une forêt de quelques années, avec des arbres de 2 à 3 mètres de haut... je pense que la densité serait en effet plus grande au départ pour décroître quelques dizaines d'années plus tard. C'est difficile à dire car toutes les forêts actuelles ont été modifiées par l'homme un jour ou l'autre.

Pour l'exploitation de la vigne, je ne suis pas d'accord. Nous leur laissons la liberté de produire ce qu'elles ont envie de produire. On se contente de les recadrer par des ébourgeonnage ou des vendanges en vert si nous jugeons que la vigne veut produire plus que ce qui nous semble nécessaire. La moyenne d'age de nos vignes est supérieure à 30 ans, elles ont encore de belles années devant elles et je ne veux pas qu'elles s'épuisent inutilement. Nous ne gavons pas nos vignes de produits dopants comme les engrais, les chélates de fer, etc qui les obligents à produire plus (engrais chimiques notamment). Il ne s'agit donc pas d'exploitation, mais de recueillir les fruits qu'elle nous donne et nous la remercions infiniment pour cela.

Pour les oiseaux, nous pensons à eux. Chaque année, au lieu-dit "les ragotteries", les oiseaux passent vendanger quelques jours avant nous. Il ne reste plus que les rafles à couper, mais ça n'aurait aucun intérêt. Ca me rassure, car pour moi mo, ça signifie que le raisin est bon dans cette vigne et les attire... c'est un gage de qualité pour ces consommateurs avertis ;-) Cela ne me gène en rien dès lors que les oiseaux me laissent assez de raisins pour en vivre. D'ailleurs, je suis content chaque année de constater que des couples d'oiseaux s'établissent dans nos vignes pour nidifier est héberger leur couvée. Je me dis que ceux-là ont fait le bon choix car les oisillons ne risquent pas le cancer du cerveau, c'est déjà ça.

Pour votre dernière phrase, je ne pense pas que le climat soit un facteur déterminant qui rende la vigne sensible aux maladies. Je crois que le milieu dans lequel les racines baignent est beaucoup plus perturbant pour elles.... malheureusement, l'êre de la chimie est venue perturber en profondeur les écosystèmes naturels. Il faut du temps pour que tout cela se répare. C'est pourquoi nous travaillons à la reconstruction de ces écosystèmes dans nos vignes. La flore spontanée est très diversifiée et les espèces qui lèvent cèdent leur place à d'autres lorsqu'elles ont terminé leur travail. Afin d'accélérer le phénomène, nous apportons des soins énergétiques et homéopatiques.
Nous faisons en sorte que la vigne se libère totallement d'unsystème qui l'a privée de ses droits les plus importants; comme par exemple une notion fondamentale dans la nature: la verticalisation des racines.

Dans la nature, les vignes développent des racines verticales. Avec la culture dite raisonnée ou durable, on prive la vigne de cette possibilité. En effet, par l'usage de désherbants, le sol se compacte car il n'est plus aéré. Même les vers de terre dont le rôle est justement de labourrer le sol et de fixer la matiere organique de surface à la terre remontée des profondeurs sont sacrifiés à coup de poisons. Ce génocide des vers de terre au nom de la rentabilité, de la productivité et du confort de travail prive le sol de moult galeries qui permettent à l'eau, à l'air et donc aux racines de descendre; et à la vie de s'y développer. La vigne est donc coupée d'une grande partie des êtres qui vivent en symbiose avec elle... alors le viticulteur durable a trouvé la parade: les engrais chimiques qu'on apporte sur le sol afin de permettre à la vigne d'avoir accès à ce qu'on lui a retiré; ce qui entretien de surcroît l'horizontalité des racines...

Horizontalité, verticalité, quelle importance me direz-vous lorsque ce qui compte, c'est de produire du raisin ??
Pour le raisin, je dirais aucune; mais pour le vin, c'est tout autrechose... il y a de très bons vins horizontaux; mais lorsque vous avez la chance de déguster des vins verticaux, vous vous en souvenez en vous ne revenez plus en arrière car LA qualité est là... dans la sensation que procure le vin et les bienfaits qu'il procure dans l'organisme. Certes, produire des vins verticaux demande beaucoup de travail, mais quel plaisir d'être parvenu à rendre cette capacité naturelle à la vigne ! Nous ne lui demandons rien de plus que de faire ce qu'elle fait de mieux: rester naturelle.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

pierre_benveniste 07/09/2008 21:05

Merci pour cette remarquable réponse à Cultilandes. Professeur de Physiologie végétale à l'ULP de Strasbourg, j'approuve complètement vos arguments.Bien amicalementPierre Benveniste 

julien 20/06/2008 09:09

sur un espace géographique restreint ("terroir" identique) je suis d'accord que "l'état de santé" de la vigne rentre en compte l'article à l'origine visait à comparer le vignoble Champenois aux vignobles méditerranéens où le vent, les fortes températures et la faible hygrométrie leur permet une faible attaque des maladies...ce qui ne veut pas dire que leur vigne soit en bonne santé! ils sont très touchés par les maladies du bois, ont des problèmes énormes au niveau de leur sol....sinon ça n'a rien à voir mais j'aime bien votre réflexion....on croirait celle d'un docteur dans l'une de ces séries hospitalières américaines

Franck PASCAL 20/06/2008 10:42


Comme je le disais en réponse à votre autre message du jour, il est normal que les vignes soient en mauvaise santé, que les maladies du bois soient de plus en plus intenses et que les sols aient de
gros problèmes. Tout est lié.
Bonne journée,
Franck

P.S. Je ne regarde pas les séries hospitalières américaines à la TV, donc je ne peux comprendre le sens de ce propos.


julien 17/06/2008 10:29

Je suis tout à fait d'accord. cette réaction est irréaliste et non fondée, d'autant plus qu'il ne s'agit que de l'adaptation d'une plante naturelle à la culture anthropique. Il en est de même pour les pommiers, les légumes et la viande. A ce moment là je proposerais de revernir au modèle d'Homme "chasseur-cueilleur" et tout ira bien...Pour les maladies; le climat a une nette influence qu'il est impossible de contester. c'est la réponse de la vigne en terme de défense naturelle qui est différente en accord avec son mode de conduite....et donc son état de santé physiologique. il est clair que certaines pratiques ont complètement occulté cet aspect.enfin, pour la question d'horizontalité et de verticalité des vins et de la qualité qu'il en dévoule je dirais que c'est un point de vue....de toute manière il est clair que les vignerons travaillant "à la verticale" comme vous vont produire des vins de qualité étant donné le temps et l'énergie consacré. ainsi il est très rare de trouevr des contre-exemples mais d'autres prducteurs plu tarditionnels peuvent produire eux aussi de grands vins....en même temps ça dépend aussi si vous parlez uniquement de qualité organoleptique ou non....en vous souhaitant une bonne journée

Franck PASCAL 19/06/2008 14:18


Bonjour Julien,

Le climat a en effet une influence sur la déclaration d'une maladie.
Mais, dans toute mladie, il un facteur programmant et un facteur déclanchant.
Reste à savoir si l'expression de la maladie n'est pas l'exteriorisation d'un problème plus profond... comme un manque d'énergie(s) par exemple.
A méditer,
Franck


Julie 17/06/2008 09:37

C'est dommage que de voir aujourd'hui que des gens, sans savoir de quoi ils parlent, accusent à tort et à travers. Je reconnais que certains vignerons (beaucoup en Champagne, aussi, évidemment) sont dénués de scrupules, et pourraient, à la limite, coller à une telle description, à de telles accusations, mais si on prend la peine de lire vos articles, on voit clairement que ce n'est pas votre cas.Disons aussi qu'il est dommage qu'un tel amalgame soit fait, que la réputation de certains vienne entâcher celle des autres.

Franck PASCAL 19/06/2008 14:16


Bonjour Julie,

Merci pour ce témoignage.
Franck


Vers une nouvelle viticulture


En Champagne, chaque vigneron et chaque maison a son savoir-faire, son idéal en matière de méthode culturale, ses secrets de vinification, et ses cuvées à proposer. En ce sens, notre approche est particulière.

La recherche poussée à tous les niveaux pour créer de grands vins inimitables vient du fait que j'ai suivi un parcours atypique. Ingénieur de formation, j'ai décidé de revenir sur le domaine familial suite à un tragique accident de mon jeune frère. J'y ai appris une chose primordiale: la vie n'a pas de prix... et c'est une des raisons pour lesquelles je cherche à préserver le mieux possible la vie qui s'installe dans mes vignes, mais aussi celle des personnes qui travaillent avec nous; et celle des consommateurs qui nous permettent de gagner l'argent nécessaire pour continuer dans notre voie.

C'est après avoir fait mon service militaire dans le génie et y avoir appris le mode d'action des toxiques  de combats sur l'homme que j'ai voulu faire une formation pour comprendre comment travailler la vigne. C'est en 1996 et 1997 que j'ai pris conscience - lors de cet apprentissage - que les modes d'entrée des pesticides dans le corps des ravageurs est le même que celui des gaz de combats mis au point pour les militaires. Je me suis rapidement demandé en quoi des biocides pouvaient être inoffensif à moyen terme sur l'homme...

En 1998, j'ai commencé par supprimé les insecticides, les désherbants, les engrais et les anti-botrytis. Puis, un jour, mon père m'a transmis une parcelle de pinots noirs qui était systématiquement ravagée par le mildiou. C'est cette vigne que j'ai dès lors cultivé sans pesticide. Je me suis dit que si la bio réussissait là, ça marcherait partout. Dès la première année, le pari était réussi. Je n'ai pas mis longtemps à déployer ces méthodes culturales sur mon vignoble. C'est en 2002 que le domaine a vu ses premières préparations biodynamiques. La biodynamie est une culture biologique améliorée par l'application de soins énergétiques.

L'énergétique est arrivée sur notre domaine par cette grande porte. Depuis, nous continuons à explorer ce très vaste domaine en perpétuelle évolution. De nouvelles possibilités sont testées chaque année pour aller encore plus loin. Le but est d'aider la nature à renaître après 20 à 30 ans de destruction systèmatique et savamment organisée par les pesticides; mais aussi de lui permettre d'évoluer dans un monde qui bouge vite.

Ainsi, outre la biodynamie, nous testons l'homéopathie, les dynamisations de plantes, d'autres techniques énergétiques, les huiles essentielles; et d'autres choses qui risqueraient d'être qualifiées d'ésothériques (géobiologie par exemple); mais nous assumons nos choix et acceptons de le révéler sur notre blog. Avec quelques années de recul, je sais que les possibilités de ces "techniques" dépassent notre imaginaire.

Recherche