Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2006 2 31 /01 /janvier /2006 21:33

Aujourd'hui, j'ai eu la chance de participer à une formation qui abonde dans le sens des travaux de Chaboussou. Ce chercheur qui travaillait à l'origine à l'INRA avait mis en évidence l'effet indésirable des pesticides sur les plantes. Il avait mesuré les désordres biologiques induits par certaines molécules chimiques dès les années 60 et jusque dans les années 80. Ces désordres, principalement mesurés par des carrences ou excès induits en élements minéraux ou oligo-éléments, mettaient la vigne et les autres cultures dans un état de fraglité : celles-ci se trouvaient apétantes pour les pathogènes et cryptogammes. Ces ravageurs n'allaient alors pas se priver de se régaler des cultures et de pulluler...

Certains de ses travaux sont regroupés dans un ouvrage nommé "Les plantes malades des pesticides". Vous pouvez vous le procurrer auprès d'Ulrich SCHREIR, bien connu pour ses dynamiseurs en Val de Loire.

La FRAB a invité Eric PETIOT ce jour au Lycée Agricole de Rethel pour exposer à une poignée d'agriculteurs - qui s'intéressent de près ou de loin à la bio et à la biodynamie - certaines facultés des plantes.

Par une approche rigoureuse, il a pu identifier certaines molécules biochimiques aptes à aider les cultures à se défendre contre certains agresseurs (phénols, aldéhydes, etc)... mais comme le disait CHABOUSSOU avant lui, les pesticides modifient beaucoup de choses dans la plante.

Erci PETIOT a eu une autre approche que celle de CHABOUSSOU basée sur la constitution minérale des plantes En étudiant le pH, le potentiel rédox et la résistivité d'une plante, il a pu constater que la plante se trouve en parfait état de santé pour certaines fourchettes de valeurs, et qu'elle développe des pathologies quand ces valeurs sortent des fourchettes. Ceci vaut aussi pour le sol...

Il a notamment constaté qu'une plante dont tous les paramètres étaient dans la bonne fourchette se voyait avoir ses paramètres totalement hors fourchette après application d'un pesticide de synthèse (fusse même un désherbant appliqué au sol). La plante se bloque alors en situation de détresse, ce qui affaiblit ses défenses immunitaires. Par ce biai, elle prévient les autres membres de son espèce que quelque chose ne va pas... malheureusement, elle averti aussi ses ravageurs qu'elle est en position de faiblesse, ce qui incite ces derniers à s'attaquer à elle en priorité...

Voyant de nouvelles attaques sur sa culture, le vigneron/agriculteur appliquera un autre pesticide et la boucle est bouclée...

Une solution existe pour rétablir ce déséquilibre: la multitude de composés de défense immunitaire que peuvent produire certaines plantes. On en rencontre jusqu'à 150 dans une même plante... du fait de la synergie entre toutes ces molécules (bâties depuis des millions d'années en réponse à certains agresseurs), la nature met à notre dispositon un redoutable arsenal de moyens de lutte contre les ravageurs de nos cultures... à nous de savoir quels principes actifs extraire, comment les extraire et vérifier que leur pH, leur potentiel rédox et leur résistivité sont compatibles avec le maintien de la plante en bonne santé. Les moyens d'extractions connus sont pour partie ceux que j'utilise en biodynamie: tisane, décoction, extrait à froid, extrait fermenté, distillation d'huiles essentielles. Peut-être une nouvelle ère dans la protection des plantes ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Franck PASCAL - dans A la vigne
commenter cet article

commentaires

Vers une nouvelle viticulture


En Champagne, chaque vigneron et chaque maison a son savoir-faire, son idéal en matière de méthode culturale, ses secrets de vinification, et ses cuvées à proposer. En ce sens, notre approche est particulière.

La recherche poussée à tous les niveaux pour créer de grands vins inimitables vient du fait que j'ai suivi un parcours atypique. Ingénieur de formation, j'ai décidé de revenir sur le domaine familial suite à un tragique accident de mon jeune frère. J'y ai appris une chose primordiale: la vie n'a pas de prix... et c'est une des raisons pour lesquelles je cherche à préserver le mieux possible la vie qui s'installe dans mes vignes, mais aussi celle des personnes qui travaillent avec nous; et celle des consommateurs qui nous permettent de gagner l'argent nécessaire pour continuer dans notre voie.

C'est après avoir fait mon service militaire dans le génie et y avoir appris le mode d'action des toxiques  de combats sur l'homme que j'ai voulu faire une formation pour comprendre comment travailler la vigne. C'est en 1996 et 1997 que j'ai pris conscience - lors de cet apprentissage - que les modes d'entrée des pesticides dans le corps des ravageurs est le même que celui des gaz de combats mis au point pour les militaires. Je me suis rapidement demandé en quoi des biocides pouvaient être inoffensif à moyen terme sur l'homme...

En 1998, j'ai commencé par supprimé les insecticides, les désherbants, les engrais et les anti-botrytis. Puis, un jour, mon père m'a transmis une parcelle de pinots noirs qui était systématiquement ravagée par le mildiou. C'est cette vigne que j'ai dès lors cultivé sans pesticide. Je me suis dit que si la bio réussissait là, ça marcherait partout. Dès la première année, le pari était réussi. Je n'ai pas mis longtemps à déployer ces méthodes culturales sur mon vignoble. C'est en 2002 que le domaine a vu ses premières préparations biodynamiques. La biodynamie est une culture biologique améliorée par l'application de soins énergétiques.

L'énergétique est arrivée sur notre domaine par cette grande porte. Depuis, nous continuons à explorer ce très vaste domaine en perpétuelle évolution. De nouvelles possibilités sont testées chaque année pour aller encore plus loin. Le but est d'aider la nature à renaître après 20 à 30 ans de destruction systèmatique et savamment organisée par les pesticides; mais aussi de lui permettre d'évoluer dans un monde qui bouge vite.

Ainsi, outre la biodynamie, nous testons l'homéopathie, les dynamisations de plantes, d'autres techniques énergétiques, les huiles essentielles; et d'autres choses qui risqueraient d'être qualifiées d'ésothériques (géobiologie par exemple); mais nous assumons nos choix et acceptons de le révéler sur notre blog. Avec quelques années de recul, je sais que les possibilités de ces "techniques" dépassent notre imaginaire.

Recherche