Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2006 7 08 /01 /janvier /2006 22:05

6 Janvier 2006 - Château-Thierry (02)
BIODYVIN fait son assemblée générale...

Ils sont venus et parfois de loin - Gigondas, Bourgogne, Bordelais, Allemagne, Alsace, Sancerrois, ... - jusque chez leurs collègues champenois...
L'accueil chaleureux compensa la rudesse de la journée: température proche de 0°C, chutes de neige.

Qu'est-ce qui peut amener deux à trois douzaines de vignerons à se rencontrer alors qu'ils sont géographiquement éloignés ?

C'était ma première participation et j'ai pu voir l'attachement de ces vignerons à BIODYVIN: une association créée par des vignerons pour des vignerons qui travaillent 100% de leur vignoble en biodynamie, qui veulent élaborer les meilleurs vins qui soient de la façon la plus naturelle possible (levures indigènes, pas de chaptalisation, pas d'acidification, pas de collage, pas de filtration, que sais-je encore?) et faire savoir que c'est possible... 
Cela passe par une sélection des "prétendants" à l'entrée: il faut montrer patte blanche car les vins doivent être irréprochables! J'ai d'ailleurs pu constater lors du déjeuner la grande qualité des vins apportés par les vignerons présents. Si je devais leur trouver un point commun, je dirais que ce sont des vins qui "vibrent", qui ont une énergie propre et ne laissent pas indiférents.

Alors pourquoi BIODYVIN ?

La biodynamie n'est pas une recette. Elle apporte des réponses à certains problèmes, mais soulève de nombreuses questions. Même la science ne sait pas (encore ?) tout expliquer.
Or, il est nécessaire de comprendre certaines choses. Seul dans ses vignes, c'est impossible. Le rassemblement permet de mettre des moyens en commun pour déléguer des recherches à des scientifiques afin de mieux comprendre l'incidence d'une préparation sur la vigne, avec toute la rigueur nécessaire. C'est un point primordial.

Ensuite, valoriser le résultat de son travail seul est presque impossible. Se grouper et parler d'une seule voix pour montrer le potentiel de la biodynamie a plus de chance de porter ses fruits.

Enfin, il est possible de trouver un conseil au vignoble pour la conduite en biodynamie... mais le métier de vigneron ne se limite pas à la simple production de raisins. Il faut aussi penser les vinifications autrement... or, la frilosité des oenologues à conseiller des alternatives dans les vinifications est un véritable frein à l'expression intègre du potentiel terroir. L'association permet de se rencontrer pour échanger des expériences aussi bien à la vigne qu'au chai.

Une belle journée durant laquelle j'ai rencontré des vignerons intéressants, ouverts, compétents, humbles et toujours à l'affût de la petite chose qui leur permettra d'avancer. Il est fort possible que je tente mon entrée dans ce cercle fermé, en espérant ne pas échouer lors de l'examen d'entrée.

 

7 Janvier 2006 - Crouttes-sur-Marne (02)
Discussions entre vignerons...

J'arrive avec un peu de retard au Champagne BEDEL à CROUTTES-sur-MARNE. Deux représentants  - le père et le fils - du Champagne LAERTS (CHAVOT (51)) sont déjà là. Ils viennent d'essayer la biodynamie sur une partie de leur vignoble et se posent beaucoup de questions. Leur souhait est de rencontrer d'autres vignerons champenois avec un peu d'antériorité. Chez les BEDEL, la biodynamie a été commencée en 98... Le recul et l'expérience du domaine sont précieux pour qui débute. C'est une joie de pouvoir me joindre à eux et de profiter de cet échange. Les discussions sont passionnantes. L'heure passe vite. Il faut déjà repartir.

Vincent me propose de déjeuner avec lui. Les discussions n'avaient fait que commencer. De nombreux sujets n'avaient pas été abordés, notamment les vinifications. C'est sur ce point que j'ai le sentiment de devoir progresser le plus. Vincent pratique la levure indigène (levure naturellement présente sur le raisin et non une levure commercialisée par un laboratoire) pour ses fermentations alcooliques depuis 2003, vinification partielle en barriques, l'autre partie en cuves, avec ou sans fermentation malolactique. Le domaine a la chance de travailler de grandes parcelles, ce qui lui permet d'isoler plusieurs lieux-dits. Les vins sont beaux, sans aucune déviation organoleptique (pas d'arôme désagréable comme on peut parfois le constater en levures indigènes) et présentent une belle personnalité. Une jolie dégustation qui me fait réfléchir...

Partager cet article

Repost 0
Published by Franck PASCAL - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Vers une nouvelle viticulture


En Champagne, chaque vigneron et chaque maison a son savoir-faire, son idéal en matière de méthode culturale, ses secrets de vinification, et ses cuvées à proposer. En ce sens, notre approche est particulière.

La recherche poussée à tous les niveaux pour créer de grands vins inimitables vient du fait que j'ai suivi un parcours atypique. Ingénieur de formation, j'ai décidé de revenir sur le domaine familial suite à un tragique accident de mon jeune frère. J'y ai appris une chose primordiale: la vie n'a pas de prix... et c'est une des raisons pour lesquelles je cherche à préserver le mieux possible la vie qui s'installe dans mes vignes, mais aussi celle des personnes qui travaillent avec nous; et celle des consommateurs qui nous permettent de gagner l'argent nécessaire pour continuer dans notre voie.

C'est après avoir fait mon service militaire dans le génie et y avoir appris le mode d'action des toxiques  de combats sur l'homme que j'ai voulu faire une formation pour comprendre comment travailler la vigne. C'est en 1996 et 1997 que j'ai pris conscience - lors de cet apprentissage - que les modes d'entrée des pesticides dans le corps des ravageurs est le même que celui des gaz de combats mis au point pour les militaires. Je me suis rapidement demandé en quoi des biocides pouvaient être inoffensif à moyen terme sur l'homme...

En 1998, j'ai commencé par supprimé les insecticides, les désherbants, les engrais et les anti-botrytis. Puis, un jour, mon père m'a transmis une parcelle de pinots noirs qui était systématiquement ravagée par le mildiou. C'est cette vigne que j'ai dès lors cultivé sans pesticide. Je me suis dit que si la bio réussissait là, ça marcherait partout. Dès la première année, le pari était réussi. Je n'ai pas mis longtemps à déployer ces méthodes culturales sur mon vignoble. C'est en 2002 que le domaine a vu ses premières préparations biodynamiques. La biodynamie est une culture biologique améliorée par l'application de soins énergétiques.

L'énergétique est arrivée sur notre domaine par cette grande porte. Depuis, nous continuons à explorer ce très vaste domaine en perpétuelle évolution. De nouvelles possibilités sont testées chaque année pour aller encore plus loin. Le but est d'aider la nature à renaître après 20 à 30 ans de destruction systèmatique et savamment organisée par les pesticides; mais aussi de lui permettre d'évoluer dans un monde qui bouge vite.

Ainsi, outre la biodynamie, nous testons l'homéopathie, les dynamisations de plantes, d'autres techniques énergétiques, les huiles essentielles; et d'autres choses qui risqueraient d'être qualifiées d'ésothériques (géobiologie par exemple); mais nous assumons nos choix et acceptons de le révéler sur notre blog. Avec quelques années de recul, je sais que les possibilités de ces "techniques" dépassent notre imaginaire.

Recherche