Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 mars 2016 4 31 /03 /mars /2016 20:15

Dernièrement, j’ai reçu un groupe d’une quinzaine de personnes qui voulaient découvrir notre domaine. Après leur avoir présenté notre parcours et notre projet d’accompagner une partie de notre vignoble sans traitement, une femme m’a dit « Vous devez avoir des nerfs d’acier ! ».

 

Je pense que c’est important de vous transmettre une clef pour ça:

Il faut des nerfs d’acier, je pense, quand on voit uniquement le côté négatif de ce qui peut se produire. Quand on se projette sur quelque chose de nouveau, où il y a un risque, la majeure partie des gens focalise sur ce qui pourrait arriver de pire.

 

Focaliser sur ce qui pourrait arriver de mieux, c’est justement le meilleur moyen de faire la part des choses entre ce qui est bien et ce qui est mal dans notre manière de concevoir les choses à l’instant présent; de s’aligner et d’être parfaitement en corrélation avec ça.

 

C’est à dire que quand je dis « Vue l’expérience qu’on a fait en 2015 dans la vigne non traitée, où des raisins de chardonnay avec zéro pulvérisation dessus étaient sains; alors que dans d’autres endroits sur le domaine, il y avait des raisins en biodynamie qui - malgré l’utilisation de soufre en poudrage ou en pulvérisation - ont décroché face à l’oïdium… je me dis qu’il y a une clef à saisir, qu’il y a quelque chose à comprendre et ça mérite qu’on aille plus loin

 

En 2016, c’est ok pour moi, c’est totalement cohérent et aligné que je continue ce type d’expérimentation pour aller de l’avant et pour comprendre. Donc j’ai envie de multiplier les essais sur 2 ou 3 parcelles. Je ne sais pas encore comment ça va se faire: le comment je le connais pas; mais je sais que c’est important pour moi.

 

Pourquoi c’est important pour moi ?

 

Si je me mets dans l’esprit des gens qui voient le côté risque, ils vont dire:

 

« Oui, mais on peut se moquer de toi ! »

« Oui, mais si tu te plantes, c’est que tu es un nul ! »

« Oui, mais… etc… etc. »

 

Sans compter l’aspect financier car si je perds quelques centaines ou quelques milliers de kilos de raisin, c’est quelques milliers de bouteilles que je ne vendrai jamais. Et effectivement, il y a un impact financier…

 

Le seul moyen d’équilibrer avec tous ces risques qui font que la majeure partie des gens, en focalisant sur tous ces risques, ne passent pas à l’action. Ils ne décident pas de faire quelque chose qui est mieux pour l’environnement, ou mieux pour la qualité de leur vin.

 

Ils vont chercher des raisons mentales qui vont justifier le fait qu’ils ne changent rien et qu’ils continuent à faire ce qu’ils faisaient par ce que leur émotion est trop vive à l’intérieur pour qu’ils puissent réussir à passer à l’action.

 

C’est une discussion que j’ai eu dernièrement avec un petit négociant dont j’avais une super image … le mec me dit :

 

« C’est quand même mieux si on utilise des pesticides, par ce que si, par ce que ça.. »

« C’est quand même mieux si on ne travail pas les sols, par ce que si, par ce que ça.. »

Je me disais c’est du pur délire ! Mais bon, ce n’est pas grave, je l’ai laissé dans son trip.

 

Ce qui m’intéresse, c’est de voir ce que JE peux faire !

 

Et donc, l’idée face à tous ces risques de perte de récolte, de routage de gueule et j’en passe, c’est de me demander quelle est la contre-partie ?

 

Imaginez si on trouve comment accompagner nos vignes avec zero pulvérisation tout le temps, quelle que soit l’année climatique ! Quels sont les bénéfices ?

 

1 Le vigneron est sécurisé: il a trouver une manière de cultiver sa vigne en ayant l’assurance que derrière il y aura un résultat sans se mettre à stresser dès qu’il commence à y avoir des risques de température élevée, ou des conditions climatiques qui peuvent favoriser tel ou tel champignon, tel ou tel nuisible, ou tel ou tel symptôme. Imaginez la tranquillité d’esprit pour le vigneron !


Un vigneron tranquille d’esprit… pour sa famille, ses proches, ses clients, ça change toute sa relation ! Ca change sa vie ! Et en plus ça lui permet de vivre longtemps car il est moins stressé. Donc il améliore sa durée de vie.

 

2. L’impact qui me touche au plus profond, c’est:

 

  • d’une part, ça va permettre à l’être humain de comprendre en profondeur comment fonctionne un être vivant. Quel est le rôle, quelle est l’attitude que le vigneron doit avoir pour accompagner la nature ?
     
  • et d’autre part, en débarrassant de toutes ces molécules, de toutes ces substances dont on dit qu’elles peuvent être nocives pour la santé ou l’environnement (qu’on soit en bio, en biodynamie ou en conventionnel, en lutte raisonnée, en Terra Vitis, en tout ce que vous voulez… dans tous les cas, il y a des substances qui s’utilisent qui sont soit avérées cancérigènes, mutagènes… et tout un tas de choses qu’on retrouve dans la nature, dans l’environnement, dans l’eau de pluie, même dans l’eau du robinet et dans le sang des gens) quel que soit le type de culture qu’on choisi. 

 

Je me dis que par le passé, c’était possible de ne pas utiliser toutes ces substances : Dom Pérignon, quand il travaillait en Champagne, était capable (lui, et les autres !) de travailler la vigne sans avoir tout cet artifice qui maintient la vigne en état de survie. Car c’est juste pour maintenir la vigne en état de survie ! 

 

Quand j’entends quelqu’un qui me dit « Quand on travaille avec de la chimie, on n’a plus de maladie. ». Euh… le seul moyen de le savoir… Enfin, pour moi, avec la chimie, on masque la réalité. On maintient la vigne en état de survie parce que si on la soignait vraiment en utilisant des pesticides, ça ferait comme quand vous avez un rhum : vous traitez le ruhm et c’est terminé, vous n’avez plus besoin de le faire. 

 

Si la chimie était vraiment le garant, si c’était un produit phyto-pharmaceutique… j’aime bien cette expression qui laisse penser que ça peut être bien… produit phyto-pharmaceutique, si vraiment il soignait la plante… quand elle déclanche une maladie, vous traitez une fois, deux fois, et hop c’est terminé ! Après, pendant 20 ans, vous êtes tranquille !! 

 

Mais non, ce n’est pas ça la réalité ! La réalité c’est qu’on a créé une vraie dépendance à cette manière de faire auprès de vignerons… il se sentent sécurisés d’une fausse manière… car en réalité, tous les ans, ils se retrouvent dans l’insécurité. Même les années où climatiquement c’est difficile, même en bombardant de chimie, c’est dur pour eux de réussir à avoir une récolte saine (comme pour nous d’ailleurs).  

 

Donc, il faut se poser les bonnes questions… 

 

Pour moi, la maladie est le signe quelque chose dis-fonctionne. C’est ma croyance: Je suis persuadé que s’il y a une maladie, quelque chose dis-fonctionne; que ce soit dans le sol ou dans la plante. Alors je me demande « Comment je peux faire en sorte que tout fonctionne mieux ? ». Et c’est pour celà qu’on a créé cette nouvelle méthode: cette nouvelle approche de vivant, d’accompagnement du vivant, de compréhension du vivant et d’intégration de nouvelles consciences pour le mettre au service de ma vigne. Et ce qui est génial, c’est que dès le raisin, on arrive à percevoir qu’il y a une nette différence par rapport à la partie qui n’est pas accompagnée de cette manière… aussi bien sur le plan de la maladie que sur le plan gustatif.      

 

Donc, je suis parfaitement aligné !    

 

imaginez le gain pour l’humanité de trouver comment se passer de toutes ces substances, de gagner du temps, d’être en sécurité, de se sentir bien dans sa peau, et voilà ! J’ai fait le pour et le contre… du coup, je n’ai pas des nerfs d’acier ! Je me dis que ça vaut le coup de faire l’expérimentation. C’est un investissement !

De la même manière qu’on pourrait investir 5.000, 10.000, 100.000 euros pour quelquechose, mon investissement, c’est mon temps, ma conscience, c’est mon énergie, c’est ma présence, et c’est la forme de risque de perdre une partie de ma récolte. Voilà mon investissement; et le gain qu’il y a derrière est immense pour vous comme pour moi !

 

Je vous souhaite une bonne journée !

 

A bientôt !

Published by Franck PASCAL
commenter cet article
28 janvier 2016 4 28 /01 /janvier /2016 17:43

Lorsqu'on est vigneron et qu'on cherche à produire le meilleur vin possible, plusieurs voies sont envisageables, de la plus technologique possible à la plus naturelle.



Suite à ma formation viticulture-oenologie, j'ai choisi de m'orienter dans la direction du respect du vivant. Après un passage par la culture biologique, un autre pas a été franchi en commençant la biodynamie en 2002.


Qu'en disent les professionnels du secteur, cavistes ou restaurateurs, et les amateurs de vin ?

 

Pour le savoir, voici 2 liens vers des reportages consécutifs au salon BIODYVIN qui s'est tenu à l'Ile D'Olonne, dans le nouveau Chai du Domaine Saint-Nicolas:

 

http://france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/emissions/jt-1920-pays-de-la-loire

Allez sur le 18 Janvier, JT 19-20 à 10 minutes

 

http://www.tvvendee.fr/le-journal/edition-du-mardi-19-janvier-2016_19012016

Allez à la 6e minute

 

 

Bonne lecture, et buvez bon !

Published by Franck PASCAL - dans Revue de presse
commenter cet article
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 16:00

La fin d'année est pour nous le moment de faire un break, prendre du recul sur l'année, notre métier et notre vie. Cette courte période devient inspirante, et m'a donné l'envie de partager avec toi ma vision du terroir, non pas comme un gage de qualité, mais comme le gage d'un potentiel. C'est par le talent et le travail que le terroir viendra s'exprimer pleinement jusque dans nos bouteilles puis dans ton verre. Je te souhaite de trinquer ce soir avec un champagne vrai, qui te donnera de l'émotion et du plaisir ainsi qu'à ton entourage.

Joyeux réveillon et belle année 2016 !

Voir le terroir de la Champagne sous le bon angle ;-)

Published by Franck PASCAL - dans Découverte
commenter cet article
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 18:59
Cuvée Tolérance sélectionnée par David BIRAUD, au service de la créativité de Thierry MARX
Cuvée Tolérance sélectionnée par David BIRAUD, au service de la créativité de Thierry MARX

Toujours content que nos créations soient apréciées ;-)

Published by Franck PASCAL - dans Grande Restauration
commenter cet article
25 septembre 2015 5 25 /09 /septembre /2015 17:39

32 cueilleurs, 3 débardeurs, un tractoriste pour cette ultime journée de vendanges. Ca se passe comme ça dans les vignes lorsqu'il fait beau, avec une bonne équipe :-)

 

 

Photo de notre équipe de vendangeurs 2015 - Champagne Franck PASCAL - Last day harvest

Published by Franck PASCAL - dans Des Champagnes pour la vie
commenter cet article
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 09:41

     Nous nous sommes orientés vers la culture biologique en 1998, lorsqu'isabelle était enceinte de notre fille ainée, pour la protéger des dégâts des molécules chimiques et améliorer nos conditions de vie. C'est avec notre coeur (et non pas pour le bout de papier qui dit qu'on le fait) que nous sommes lancés. La certification est intervenue bien plus tard :-) Respirer un air plus sain, boire de l'eau plus propre, et limiter la contamination du phoetus de notre enfant par les pesticides nous semblaient des conditions suffisantes pour nous remettre en question.

 

     Ce choix d'autenticité se traduit dans les faits jusque pendant les vendanges: nous cueillons le coeur de nos parcelles pour l'élaboration Des Champagnes Pour La Vie. Les rangs "de bordure", potentiellement contaminés par l'épandage de pesticides de nos voisins, sont récoltés par une seconde équipe et son vendus à un négociant pour rejoindre le circuit traditionnel des Champagnes.

Published by Franck PASCAL - dans Des Champagnes pour la vie
commenter cet article
22 septembre 2015 2 22 /09 /septembre /2015 19:14

     

    Quand nous créons de nouvelles voies dans notre manière de travailler, nous sommes heureux d'être surpris et d'apprendre quelque chose de nouveau. En dépassant nos limites, en sortant de notre zone de confort, nous prenons conscience de nouvelles possibilités. En lé répétant sur plusieurs années, la répétabilité nous permet de tirer de nouvelles consciences et de progresser dans notre métier.

 

     Ces 10 dernières années ont été consacrées à la création d'une approche nouvelle en vinification. Le but était de "maîtriser" les vinifications naturelles (levures indigènes et malo spontanées en l'absence de sulfites) pour donner des vins purs, droits, nets, fins et précis. Des vins qui conservent la minéralité du terroir, sont tendus our la conservation et le potentiel de garde, avec de l'élégance, de la buvabilité, de la digestibilité. C'est ainsi qu'est née Sérénité 2010 dont voici les commentaires d'Antoine GERBELLE (source Guide la Revue des Vins de France 2016)

 

Sérénité 2010 citée dans la Guide de la Revue des Vins de France 2016 -  Bioénergie en Champagne, sans sulfite (4 mg/l de SO2 total - source DGCCRF)
Sérénité 2010 citée dans la Guide de la Revue des Vins de France 2016 -  Bioénergie en Champagne, sans sulfite (4 mg/l de SO2 total - source DGCCRF)

Sérénité 2010 citée dans la Guide de la Revue des Vins de France 2016 - Bioénergie en Champagne, sans sulfite (4 mg/l de SO2 total - source DGCCRF)

   
 Depuis 2013, nous commençons à explorer la culture de la vigne sous un angle particulier. L'objectif est de trouver comment accompagner notre vigne pour qu'elle soit saine quelles que soient les conditions climatiques. Un grand challenge qui a tout son sens !
 
      Nous avons commencé par travailler sur le plan de l'être vivant pour augmenter l'énergie vitale de la vigne en travaillant en géobiologie, sur la relation âme-corps, sur les mémoires cellulaires et sur bien d'autres aspects. Voici le premier résultat tangible de ce travail innovant, voir pionnier :-)
Published by Franck PASCAL
commenter cet article
19 septembre 2015 6 19 /09 /septembre /2015 15:23

Et si la vigne avait besoin que le vigneron retrouve une attitude particulière avec son vignoble pour que ce dernier reste sain et produise une belle récolte quelles que soient les conditions météo ? Et si la vigne nous montrait par sa sensibilité aux maladies que nous avons perdu un sens, une relation à la Nature, au cours des derniers siècles ?

 

Pensez-vous qu'il serait posible de produire autant de vin que nos ancêtres du Moyen-Age si on nous retirait toute possibilité de traiter nos vignes, que ce soit en bio, en biodynamie; ou si on nous retirait les pesticides autorisés en lutte raisonnée, lutte intégrée, HVE, Terra Vitis et bien d'autres labels ??

Published by Franck PASCAL - dans Des Champagnes pour la vie
commenter cet article
27 juillet 2015 1 27 /07 /juillet /2015 09:41

     Rappel : 2 Mai 2015, je prenais l'engagement de tester comment accompagner la vigne pour qu'elle soit au top de sa vitalité et reste en bonne santé en étant insensible aux conditions extérieures. Voilà presque 3 mois que nous nous rendons tous les 2 jours minimum, plusieurs heures de suite, analyser et mesurer sous toutes les coutures nos sols, nos vignes, nos mycorhizes, nos bactéries du sol, les plantes sauvages, les champignons du sol, les feuilles, les grappes, les bourgeons, les apex, etc...

 

     Pourquoi ? Pour vérifier que la vigne dispose de toutes ses énergies vitales. Et en cas de rupture de connexion à ces flus d'énergie, nous en cherchons la cause, tantôt interne, tantôt externe et ajustons l'ensemble pour créer à nouveau un fonctionnement du terroir harmonieux, sur lequel, nos vignes peuvent s'élever en harmonie avec leur environnement.

 

      Nous reprenons le vieil adage propre à la médecine chinoise (une des clef dont nous nous inspirons): "La santé s'entretien". Alors, en entretenant la vitalité de la plante, est-ce que la santé tien le coup en 2015, année de forte pression oïdium en Champagne et de risque mildiou quasi nul ? Je vous propose de voir le résultat sur notre 14è vidéo sur ce sujet !

Est-il possible de cultiver la vigne sans cuivre ni soufre même en pression oïdium élevée ? Champagne Franck PASCAL - Des champagnes pour la Vie

Published by Franck PASCAL
commenter cet article
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 12:42

Des Champagnes pour la Vie #8 - En biodynamie, la préparation 501 est une bonne aide pour la floraison de la vigne

Published by Franck PASCAL - dans A la vigne
commenter cet article

Vers une nouvelle viticulture


En Champagne, chaque vigneron et chaque maison a son savoir-faire, son idéal en matière de méthode culturale, ses secrets de vinification, et ses cuvées à proposer. En ce sens, notre approche est particulière.

La recherche poussée à tous les niveaux pour créer de grands vins inimitables vient du fait que j'ai suivi un parcours atypique. Ingénieur de formation, j'ai décidé de revenir sur le domaine familial suite à un tragique accident de mon jeune frère. J'y ai appris une chose primordiale: la vie n'a pas de prix... et c'est une des raisons pour lesquelles je cherche à préserver le mieux possible la vie qui s'installe dans mes vignes, mais aussi celle des personnes qui travaillent avec nous; et celle des consommateurs qui nous permettent de gagner l'argent nécessaire pour continuer dans notre voie.

C'est après avoir fait mon service militaire dans le génie et y avoir appris le mode d'action des toxiques  de combats sur l'homme que j'ai voulu faire une formation pour comprendre comment travailler la vigne. C'est en 1996 et 1997 que j'ai pris conscience - lors de cet apprentissage - que les modes d'entrée des pesticides dans le corps des ravageurs est le même que celui des gaz de combats mis au point pour les militaires. Je me suis rapidement demandé en quoi des biocides pouvaient être inoffensif à moyen terme sur l'homme...

En 1998, j'ai commencé par supprimé les insecticides, les désherbants, les engrais et les anti-botrytis. Puis, un jour, mon père m'a transmis une parcelle de pinots noirs qui était systématiquement ravagée par le mildiou. C'est cette vigne que j'ai dès lors cultivé sans pesticide. Je me suis dit que si la bio réussissait là, ça marcherait partout. Dès la première année, le pari était réussi. Je n'ai pas mis longtemps à déployer ces méthodes culturales sur mon vignoble. C'est en 2002 que le domaine a vu ses premières préparations biodynamiques. La biodynamie est une culture biologique améliorée par l'application de soins énergétiques.

L'énergétique est arrivée sur notre domaine par cette grande porte. Depuis, nous continuons à explorer ce très vaste domaine en perpétuelle évolution. De nouvelles possibilités sont testées chaque année pour aller encore plus loin. Le but est d'aider la nature à renaître après 20 à 30 ans de destruction systèmatique et savamment organisée par les pesticides; mais aussi de lui permettre d'évoluer dans un monde qui bouge vite.

Ainsi, outre la biodynamie, nous testons l'homéopathie, les dynamisations de plantes, d'autres techniques énergétiques, les huiles essentielles; et d'autres choses qui risqueraient d'être qualifiées d'ésothériques (géobiologie par exemple); mais nous assumons nos choix et acceptons de le révéler sur notre blog. Avec quelques années de recul, je sais que les possibilités de ces "techniques" dépassent notre imaginaire.

Recherche